DIVERTISSEMENT

Il était une fois... Tintin au Québec (CRITIQUE)

07/09/2014 09:08 EDT | Actualisé 07/09/2014 10:20 EDT
Télé-Québec

La croyance veut que les voûtes de Moulinsart, cette société qui détient les droits de l'œuvre d'Hergé, soient difficiles d’accès et ses archives tenues bien secrètes. Le documentaire de Jean-Philippe Duval (Unité 9; Dédé, à travers les brumes) et Benoit Godbout, fruit de quatre longues années de recherche, vient à tout le moins prouver le contraire.

Au Québec avec Tintin, qui sera diffusé lundi à 21 h sur les ondes de Télé-Québec, pose un regard original sur le lien qui unit le jeune reporter belge et sa houpette à son public québécois. Le caractère francophone de ce personnage, aventureux, porteur d’espoir et ouvert sur le monde, a fasciné dès les années 60 l’imaginaire collectif des petits et des plus grands, à une époque où le Québec était en soif de changement.

Au travers de plusieurs témoignages, et soulignons ici l’incroyable brochette de personnalités qui ont accepté de se confier à la caméra à propos de l’influence qu’a eu Tintin dans leur vie, le court-métrage rappelle avec force et dans un habillage coloré et dynamique qu’un grand nombre d’artistes québécois ont été marqués par l’univers d’Hergé.

Ils sont des bédéistes, des comédiens, des journalistes, des auteurs et des chercheurs à rendre hommage à leur idole de jeunesse. Le tout s’enchaine, sans narration, ce qui donne beaucoup de fluidité et de rythme au documentaire.

Se succèdent donc, entre archives visuelles inédites et témoignages d’enfants crédules, les anecdotes de Claude Meunier, Michel Tremblay, François Avard, Denise Bombardier, Mario Jean, Tristan Demers, Alexis Martin, Bernard Voyer, Dany Laferrière, Yves Pelletier, Jean-François Lisée, Micheline Lanctôt, Yves Jacques, Marie-Claude Ducas, Christiane Charette, Christian Bégin, Stéphan Bureau, Jean-François Lépine et André-Philippe Côté.

On y apprend par exemple que Claude Legault, au fond du gouffre, s’est vu « sauvé » par Tintin ; que Guy Laliberté s’est laissé transporter par son amour pour le héros pour aller dans l’espace ; que le Paul de Michel Rabagliati est inspiré de Tintin ; que le premier contact de Michel Tremblay avec l’absurdité découle de la bande dessinée; que le côté colérique de Ti-Mé de La petite vie s’apparente au capitaine Haddock et que Tintin est l’«idole en écriture» de Claude Meunier…

« Je mettrais tout journaliste francophone au défi de me dire que [Tintin] ne l’a pas marqué quelque part », lance à un moment donné la journaliste et auteure Marie-Claude Ducas. «Pour tous les artistes et les porteurs de rêves, Tintin est un exemple», confiera pour sa part Guy Laliberté.

Le reportage de moins d’une heure, inspiré du livre Tintin et le Québec de Tristan Demers, propose finalement un bref voyage touchant au coeur de différentes tranches d’histoire de la consécration de Tintin au Québec, en passant par la visite d’Hergé dans la belle province jusqu’à l’exposition « Le Musée imaginaire de Tintin» présentée à l'été 1980 aux Musée des Beaux-Arts de Montréal.

Avec Au Québec avec Tintin, Jean-Philippe Duval et Benoit Godbout réussissent à mettre en valeur un univers aussi imposant et riche que celui de Tintin avec toutes ses subtilités, et avouons qu’ils le font avec brio.

Le montage signé par Dominique Sicotte, la musique de Christian Clermont et l’habillage sonore de Benoît Dame ne font qu’embellir le résultat final, un véritable bijou visuel qui éveille et éblouit tous nos sens. Vraiment.

Au même titre que l’œuvre d’Hergé, Au Québec avec Tintin s’adresse à un large public. Autant petit-fils que grand-papa sera charmé.

Comme quoi, Tintin est vraiment un immortel.

Au Québec avec Tintin sera diffusé le 8 septembre à 21 h sur les ondes de Télé-Québec.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Au Québec avec Tintin