DIVERTISSEMENT

Festival du film de Toronto 2014: Le dernier film de Gandolfini et une comédie australienne délurée

07/09/2014 09:40 EDT | Actualisé 07/09/2014 09:40 EDT
Fox Searchlight

Le dernier film de James Gandolfini "The drop" a été dévoilé samedi pour la première fois au Festival international du film de Toronto, qui a accueilli aussi une comédie australienne très délurée.

- Pour son dernier rôle avant sa mort, l'acteur James Gandolfini a repris ses habits de parrain de la pègre dans "The drop", où il joue aux côtés de Tom Hardy (à l'affiche bientôt de la nouvelle adaptation de "Mad Max"), Noomi Rapace ("Millenium", "Prometheus") et Matthias Schoenaerts ("Bullhead", "De rouille et d'os"), sous la direction du belge Michaël R. Roskam ("Bullhead").

Ce polar est tiré d'une nouvelle de l'Américain Dennis Lehane dont des romans comme "Mystic river" ou "Gone, Baby gone" ont déjà été adaptés au cinéma.

Quand Gandolfini a été engagé pour le film, Lehane, scénariste du film, a raconté à la presse avoir voulu injecter tout de suite plus de dialogues pour lui "parce que Gandolfini peut transformer le langage de la rue en symphonie".

L'acteur américain, devenu célèbre pour son rôle de patron de la mafia dans la série Les Soprano, est décédé à 51 ans d'une crise cardiaque en juin 2013 juste après ce tournage. L'an dernier, Toronto avait rendu hommage à Gandolfini en projetant "Enough said", une comédie romantique avec Julia Louis-Dreyfus.

- "La petite mort", de et avec Josh Lawson, met en scène cinq couples ordinaires de la banlieue de Sydney pour autant de vies sexuelles à problèmes, de fantasmes ou de désirs différents.

Le film a souvent déclenché les rires lors de la projection pour la presse et les professionnels et pourtant, dès le début, une femme révèle à son compagnon que son plus grand fantasme serait qu'il la viole.

D'abord outré et désarçonné, il finira par tout faire pour satisfaire sa compagne sauf que... rien ne se passera comme prévu, comédie oblige.

Un film potentiellement polémique? Josh Lawson jure ne pas avoir fait ce film "pour heurter" pas plus "au contraire" qu'il entendait "banaliser le viol".

Le reste est plus politiquement correct comme cet autre couple qui essaie de sauver son mariage en pratiquant des jeux de rôles ou encore cette femme qui n'arrive à avoir un orgasme que si son mari pleure etc.

Une des scènes les plus drôles met en scène un jeune garçon sourd qui fait appel à un centre d'appel video spécialisé afin qu'on l'aide à traduire en langage des signes les propos d'une hôtesse travaillant pour un téléphone rose.

Josh Dawson, acteur de la série américaine "House of lies" aux côtés de Don Cheadle, a voulu dit-il "explorer les relations, l'amour, la monogamie, la morale, la déception" avec ce film haut en couleurs.

Le TIFF 2014 en quelques films