NOUVELLES

Cette victoire vient mettre un baume sur une semaine difficile pour Crompton

07/09/2014 06:20 EDT | Actualisé 07/11/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - La semaine qui vient de passer a été très éprouvante pour le quart-arrière des Alouettes de Montréal Jonathan Crompton, qui a appris vendredi le décès de son ex-fiancée, qui a succombé à un cancer des ovaires. Cette victoire de 38-31 face aux Tiger-Cats de Hamilton ne pouvait donc survenir à meilleur moment.

De son propre aveu, Crompton, comme le reste de l'équipe, a connu un match en deux temps avec une première demie horrible et une excellente deuxième.

«Mais on est demeurés soudés, a-t-il dit. Évidemment, je n'ai pas passé la meilleure des semaines sur le plan personnel, mais c'est un sport d'équipe. Les gars sont venus me voir pour me dire qu'ils étaient là pour moi, de faire ce que j'avais à faire et de laisser sortir toute cette émotion, qu'ils s'occuperaient du reste.

«Et ils l'ont fait: Duron (Carter) a fait tout un attrapé dans la zone des buts, Chad (Johnson, qui a connu son meilleur match de la saison avec trois attrapés pour 73 verges) a fait toute une double feinte (menant à un gain de 43 verges). Comme je le dis souvent, c'est une grande victoire d'équipe.»

D'ailleurs, même si Crompton n'a complété que sept de ses 13 passes en première demie et qu'il a été victime d'une interception ramenée pour un touché, l'entraîneur-chef Tom Higgins n'a jamais songé à le retirer du match.

«Il a fait face à beaucoup d'adversité cette semaine, a expliqué l'entraîneur. Les gens ne le savent pas toujours, mais ces athlètes ont aussi une vie à l'extérieur du terrain et ce qui lui est arrivé cette semaine est tragique. Nous avions décidé d'être patient avec lui.

«Il sait que c'est notre quart de confiance et que même s'il connaît une première demie difficile, nous allons le laisser dans le match. Nous croyons vraiment qu'il a le tempérament pour surmonter une mauvaise séquence. C'est l'un des signes d'un bon quart que d'avoir une mémoire à très court terme.»

Crompton est d'ailleurs revenu en force après la pause, complétant 11 passes sur 14 pour 158 verges et un touché, son premier de la saison.

«On ne pense pas (aux statistiques personnelles). En autant qu'on récolte une victoire, c'est la seule chose qui compte», a-t-il précisé.

Higgins avait tout de même pris le temps d'avoir une conversation avec son quart avant le match.

«Absolument. Nous avons beaucoup de ces discussions avec plusieurs de nos joueurs. Au début de la saison, nous avons discuté de cela avec eux, des épreuves qu'ils vivront dans leur vie personnelle, qu'elles soient malheureuses comme un décès, ou heureuses, comme la naissance d'un enfant, comme l'a vécu Chip Cox cette semaine.

«Nous leur disons qu'ils doivent savoir mettre de l'ordre dans leurs priorités et que s'ils doivent rater un match, et bien ils le ratent et c'est tout. On tente de créer une ambiance familiale et les joueurs démontrent beaucoup de résilience. Finalement, nous avons pu transposer cela sur le terrain.»

Victoire coûteuse?

Plusieurs joueurs des Alouettes ont dû quitter ce match avant la fin, victimes de blessures. Ça a notamment été le cas pour Marc-Olivier Brouillette, qui s'est de nouveau blessé au bras auquel il a récemment été opéré.

Higgins semblait inquiet pour lui après la rencontre et comme les Alouettes n'ont que quelques jours avant de disputer leur prochain match, vendredi, à Edmonton, il ne pouvait dire si le Québécois allait être de la formation.

Éric Deslauriers en est un autre qui a quitté prématurément la rencontre. Touché à un genou, son cas est aussi incertain pour vendredi.

Luc Brodeur-Jourdain a aussi momentanément quitté le match, mais il est revenu avant la fin.

«C'est peut-être le joueur le plus robuste de l'équipe, a noté Higgins. Mais avec une petite semaine de préparation, il faudra voir s'il pourra être de la formation vendredi.»

*****

Les Alouettes ont joué ce dimanche un premier match vêtus de leur nouveau troisième uniforme. Bleu marine et gris anthracite, orné de plumes blanches sur les épaules, cet uniforme vise à rendre hommage à l'escadron 425 de l'Aviation royale canadienne, première escadrille canadienne-française, qui a servi d'inspiration quand est venu le temps de nommer l'équipe à son arrivée dans le circuit, dans les années 1940.

Le casque, marine et rouge, détonne un peu, mais dans l'ensemble, le coup d'oeil est réussi et selon ce qu'il nous a été donné de voir, le chandail avait déjà trouvé plusieurs preneurs après la rencontre. Ne reste plus qu'à savoir s'il portera chance aux Alouettes.

*****

Higgins avait de nouveau laissé de côté le receveur Kenny Stafford et le demi défensif Dominique Ellis pour cette rencontre. Chez les Ti-Cats, l'entraîneur-chef Kent Austin avait rayé le demi défensif Emanuel Davis et le joueur de ligne offensive Carson Rockhill de sa formation.

PLUS:pc