NOUVELLES

Le cessez-le-feu semble menacé en Ukraine: des explosions rapportées à Marioupol

06/09/2014 08:14 EDT | Actualisé 06/11/2014 05:12 EST

KIEV, Ukraine - L'accord de cessez-le-feu en Ukraine pourrait avoir été brisé moins de deux jours après avoir été conclu, alors que plusieurs témoins ont rapporté des explosions tard samedi soir à Marioupol, ville portuaire de l'est du pays.

Des grosses explosions auraient retenti dans la ville, qui est encerclée par l'armée ukrainienne. Un bataillon de volontaires ukrainiens a écrit sur son compte Facebook avoir été visé par des tirs de roquettes, sans fournir de plus amples détails.

La trêve semblait tenir le coup en début de journée, du moins officiellement.

Dans un communiqué publié plus tôt samedi, le président ukrainien Petro Porochenko indiquait avoir eu une conversation téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine, avec qui il a discuté de mesures visant à «donner de la stabilité au cessez-le-feu». Les deux parties ont jugé que la trêve avait été respectée.

Le porte-parole du Conseil ukrainien de sécurité nationale, Andreï Lyssenko, a cependant déclaré aux journalistes que des rebelles avaient ouvert le feu sur les forces ukrainiennes à dix reprises, mais les incidents qu'il a décrits semblent tous être survenus vendredi, avant la signature de l'accord.

À Donetsk, la plus grande ville de l'Est contrôlée par les rebelles prorusses, la nuit de vendredi à samedi s'est déroulée dans le calme, une rareté après des mois d'affrontements dans des secteurs résidentiels. Mais le leader séparatiste Alexander Zakharchenko a affirmé à l'agence de presse russe Ria Novosti que le cessez-le-feu avait été violé, mentionnant des bombardements dans la ville d'Amvrossievka, située à environ 50 kilomètres au sud-est de Donetsk.

«En ce moment, l'accord de cessez-le-feu n'est pas totalement respecté», a-t-il déclaré, sans toutefois préciser à quel moment la présumée violation a eu lieu.

M. Lyssenko a pour sa part assuré que les forces ukrainiennes respectaient la trêve et qualifié de provocation les affirmations d'Alexander Zakharchenko.

La Croix-Rouge, qui voulait livrer de la nourriture à Louhansk, a dû reculer devant l'abondance de tirs, a-t-elle indiqué sur son compte Twitter.

L'Ukraine, la Russie et les séparatistes prorusses ont signé un accord de cessez-le-feu vendredi à Minsk, au Bélarus. Les parties ont également accepté de libérer tous les prisonniers et de ne pas nuire à l'acheminement de l'aide humanitaire dans l'est de l'Ukraine.

Selon les Nations unies, les affrontements auraient fait jusqu'à présent plus de 2600 victimes civiles.

PLUS:pc