NOUVELLES

CUSM: Pamela Porter est une femme au foyer innocente, soutient Arthur Porter

06/09/2014 02:12 EDT | Actualisé 06/09/2014 02:13 EDT
Radio-Canada

L'ex-directeur du Centre universitaire de santé de McGill (CUSM) se porte à la défense de sa femme de retour derrière les barreaux. Dans une lettre écrite depuis sa prison au Panama, Arthur Porter soutient que son épouse Pamela est une femme au foyer innocente.

« Est-ce que Pamela est coupable? Non. La seule chose dont elle est coupable, c'est d'être ma femme, d'élever nos merveilleux enfants, de s'occuper de la maison et de soutenir son mari », écrit Arthur Porter dans une lettre publiée samedi sur un site Internet qui lui est dédié.« C'est pour ça qu'elle est dans une prison dans un pays étranger, dépouillé de ses ressources, dans l'attente d'un procès qui pourrait se dérouler en 2016! »

« Pamela n'a jamais aimé être sur la place publique. Nous avons essayé de séparer ma vie professionnelle et notre vie familiale pour conserver cet équilibre, ajoute Arthur Porter dans sa lettre publiée. Pamela croit en la famille traditionnelle. Son travail était le foyer, le mien était de mettre de la nouriture sur la table ».

Cette semaine, l'Unité permanente anticorruption (UPAC) a annoncé l'arrestation de Pamela Porter. Elle aurait payé les 250 000 $ de sa caution pour remise en liberté à partir d'un compte dont l'argent proviendrait du fruit de la criminalité, a expliqué le commissaire à la lutte à la corruption, Robert Lafrenière.

Pamela Porter a été arrêtée une première fois au Panama avec son mari, en juin 2013, et extradée au Canada pour répondre à des accusations de recyclage des produits de la criminalité et de complot.

Arthur Porter, est soupçonné pour sa part par la justice d'avoir touché au moins 22,5 millions de dollars de pots-de-vin avec son bras droit Yanaï Elbaz de la firme SNC-Lavalin, alors qu'il était directeur du CUSM.

En entrevue à Radio-Canada, Pamela Porter affirme qu'elle avait l'habitude de signer des papiers ou des chèques, d'envoyer des courriels ou d'effectuer des transferts d'argent pour son mari qui était très occupé. Lui s'occupait de son travail et de ses affaires, elle tenait la maison et élevait leurs quatre filles, a-t-elle expliqué.

Le chantier des urgences du CUSM