NOUVELLES

Le chef des shebab tué dans une attaque aérienne américaine

05/09/2014 12:10 EDT | Actualisé 05/09/2014 12:16 EDT
ASSOCIATED PRESS
Pentagon press secretary Navy Rear Adm. John Kirby speaks during a briefing at the Pentagon, Tuesday, Sept. 2, 2014. The Pentagon says the leader of the Somalia-based al-Shabab extremist group was the target of U.S. military airstrikes that struck an encampment and a vehicle Monday night. Kirby said the results of the strike are being assessed and he can't confirm if Somali Ahmed Abdi Godane, the rebel leader, was hit. He says the strike against Godane was conducted by special operations forces with manned and unmanned aircraft firing hellfire missiles and precision-guided munitions. (AP Photo/Susan Walsh)

Le chef des islamistes somaliens shebab Ahmed Abdi "Godane" a été tué au cours d'une frappe aérienne de l'armée américaine lundi, ont confirmé vendredi les Etats-Unis.

La mort de Godane "est une perte majeure du point de vue symbolique et opérationnel pour la plus importante des entités affiliées à al-Qaïda", a souligné la Maison Blanche dans un communiqué. Le Pentagone a également confirmé sa mort.

"Même s'il s'agit d'une avancée cruciale dans la lutte contre les shebab, les Etats-Unis vont continuer à mettre en oeuvre tous les outils à leur disposition --financiers, diplomatiques, en matière de renseignement et militaires-- pour faire face à la menace que représentent les shebab et les autres groupes terroristes pour les Etats-Unis et le peuple américain", a souligné la Maison Blanche.

Elle a relevé que cette opération constituait "l'aboutissement d'années de labeur des services de renseignement, de l'armée et des forces de maintien de l'ordre".

L'opération, menée par les forces spéciales américaines à l'aide de drones et d'avions, s'est déroulée lundi à 15H20 GMT et a visé une réunion de hauts responsables shebab à laquelle participait "Godane", avait expliqué mardi le Pentagone.

Des missiles Hellfire et des armes à guidage laser ont "détruit un campement et un véhicule" au sud de Mogadiscio, avait-il expliqué, soulignant qu'aucun soldat américain au sol n'avait été impliqué dans l'opération.

Les mouvements islamistes en Afrique

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter