NOUVELLES

Beauchemin, le seul Québécois sous la normale au Championnat de Québec

05/09/2014 05:49 EDT | Actualisé 05/11/2014 05:12 EST

LÉVIS, Qc - Yvan Beauchemin, qui participe au volet québécois de la saison du circuit des Champions pour la quatrième fois en cinq ans, souriait à pleines dents après avoir signé une carte de 71 (moins-1), lui permettant d'être le meilleur représentant canadien au Championnat de Québec vendredi.

Beauchemin a paru détendu tout au long du parcours. Il a échangé quelques mots avec des spectateurs pendant toute la ronde, en plus de les saluer et de faire quelques blagues avec son cadet.

«Ma mission aujourd'hui, c'était de rester en jeu, de jouer sous la normale, a expliqué Beauchemin. Je ne pouvais pas jouer au-dessus de la normale en première ronde, parce que tu te sors complètement du tournoi. Si tu cales cinq ou six oiselets le lendemain (samedi), tu te retrouves soudainement dans le peloton de tête. Donc la première journée est toujours cruciale.

«Même si j'ai raté certains coups roulés, j'en ai réussi d'autres très importants pour des normales, a-t-il ajouté. J'aimerais simplement faire des élans plus fluides au cours des deux dernières rondes — comme ceux dans le champ de pratique.»

Le professionnel affilié au club de golf La Tempête, a réussi ses trois oiselets sur les normales 5, où il a profité d'un vent favorable pour atteindre les verts plus facilement. Le golfeur âgé de 56 ans a cependant commis deux bogueys, sur les trous nos 10 et 16.

«Au début de la semaine, c'était un marécage, mais finalement ç'a séché, a commenté Beauchemin à propos de l'état du parcours cette semaine. J'ai même essayé d'atteindre les normales 5 en deux coups, ce qui en dit long sur les conditions puisque je ne suis pas un puissant cogneur.»

Il partage le titre de meilleur représentant de l'unifolié avec Jim Rutledge, de Victoria, en Colombie-Britannique.

De son côté, Rémi Bouchard était amer après avoir «laissé» deux ou trois coups sur le terrain, ce qui l'a contraint de se contenter de la normale (72) en première ronde.

«Il va falloir que je travaille fort, a reconnu Bouchard. J'avais l'opportunité de jouer deux ou trois coups sous la normale aujourd'hui, mais avec le vent et la position des drapeaux c'est devenu très difficile. Selon moi, il va falloir que je retranche quatre coups à la normale lors des deux dernières rondes pour atteindre mon objectif. C'est un peu cliché, mais je joue un coup à la fois.»

Il a notamment attribué à la nervosité le coup roulé de quelques pieds seulement qu'il a raté au premier trou, entraînant un boguey. Le Candiacois a ensuite décidé d'être moins agressif sur les verts, qui étaient complètement différents de ceux auxquels il s'était habitué durant ses rondes d'entraînement plus tôt cette semaine.

«Ça ne servait absolument à rien de jouer des rondes de pratique dans ce tournoi-là, a dit Bouchard. Le terrain est complètement, mais complètement différent de ce qu'il était au début de la semaine. Les verts sont plus rapides, à cause du soleil et du vent, et la position des fanions est difficile aussi.»

Le golfeur professionnel affilié au club de golf Le Mirage avait déjà indiqué qu'il souhaitait terminer dans le top-15 ce week-end, mais a révisé son objectif à la baisse à l'issue de la première ronde.

«Je croyais vraiment que jouer deux ou trois coups sous la normale c'était réaliste, mais il va falloir travailler fort au cours du week-end, a-t-il concédé. Le vent a influencé mes coups, mais personnellement je préfère que ce soit plus difficile que trop facile parce que ces joueurs-là sont tellement bons.

«Je ne joue pas souvent sur ce circuit, alors retrancher 15, 16 ou 17 coups à la normale je pense que c'est impossible d'atteindre ça.»

Rod Spittle, de St. Catharine's, en Ontario, a joué 75, tandis que l'autre golfeur québécois en lice, Marc Hurtubise, a signé une carte de 76.

PLUS:pc