NOUVELLES

29 mineurs secourus et cinq autres toujours coincés en Bosnie-Herzégovine

05/09/2014 09:07 EDT | Actualisé 05/11/2014 05:12 EST

ZENICA, Bosnie-Herzégovine - Vingt-neuf mineurs ont été secourus vendredi d'une mine de charbon qui s'était effondrée la veille dans le centre de la Bosnie-Herzégovine, mais cinq hommes demeurent coincés sous terre et sont présumés morts.

Les mineurs sont sortis de la mine Zenica après avoir passé la nuit à 500 mètres de profondeur, après que les secouristes eurent percé 100 mètres de tunnels effondrés pour les rejoindre.

Les hommes semblaient fatigués et affaiblis. Vingt-six d'entre eux ont été conduits à l'hôpital, dont six en raison de blessures graves. On ne craignait pas pour la vie des survivants.

Le gérant de la mine, Esad Civic, a indiqué vendredi que les opérations de secours avaient été suspendues. Les secouristes n'ont pas été en mesure de rejoindre les cinq autres mineurs. Un secouriste s'est excusé de ne pas avoir pu les sauver et les proches des cinq disparus sont effondrés en larmes quand l'entrée de la mine a été fermée.

La mort des cinq hommes ne sera confirmée qu'une fois les corps récupérés, a précisé un inspecteur minier. Les efforts pour les retrouver reprendront samedi. Une enquête aura lieu.

Le leader syndical Mehmed Oruc a expliqué que deux tunnels s'étaient effondrés jeudi soir, après une explosion de gaz provoquée par un petit tremblement de terre de magnitude 3,5 près de la ville de Zenica.

Vingt-deux autres mineurs, dont deux blessés, avaient réussi à sortir de la mine par leurs propres moyens.

Il s'agit du troisième incident à toucher cette mine depuis le début de l'année. Au total, 16 mineurs ont été blessés par deux explosions de gaz précédentes, la plus récente survenue il y a moins d'un mois. Trente-neuf mineurs y avaient été tués par une explosion de gaz en 1989.

Les familles et les leaders syndicaux ont critiqué la réaction des responsables de la mine à l'effondrement jeudi, surtout après qu'ils aient déclaré que seulement huit mineurs manquaient à l'appel. De l'équipement spécialisé aurait été déployé seulement sept heures après l'explosion.

M. Civic a souligné que les accidents miniers sont impossibles à éviter, tout en admettant que la mine Zenica est loin de respecter les normes mondiales.

PLUS:pc