NOUVELLES

Revenu Québec: des experts privés à grands frais pour contourner le gel des embauches?

04/09/2014 11:08 EDT | Actualisé 05/09/2014 02:04 EDT
Alamy

Revenu Québec vient d’octroyer un important contrat de plus de 7 millions $ pour obtenir des conseils en gestion de projet. Ce contrat représente un peu plus de 11 000 jours de travail envoyés au privé, selon les informations obtenues par Le Huffington Post Québec. Une situation déplorable pour «contourner l’embauche de personnel» dans la fonction publique, dénonce Lucie Martineau, présidente du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ).

En juillet dernier, l’Agence du revenu du Québec a rendu publics les résultats de son appel d’offres concernant le contrat intitulé «Conseil à la gestion de projet». Or, sur les trois firmes privées qui avaient soumissionné, Revenu Québec a retenu les services de l’entreprise ABNA services-conseils pour un montant de 7 562 672,25 $.

D’après les détails du contrat, les experts en gestion de projet de la firme ABNA travailleront «11 365 jours pour la durée totale du contrat entre 2014 et 2017». Si on fait un petit calcul, il s’agit d’un taux journalier de 665 $.

Selon Revenu Québec, «les ressources de la firme travailleront dans le cadre de projets qui font l’objet d’une planification annuelle qui est approuvée par le conseil d’administration de Revenu Québec», explique par courriel le chef des relations publiques et porte-parole, Stéphane Dion.

«Revenu Québec dispose de ressources internes pour la gestion de ses projets, mais doit recourir à des conseillers externes compte tenu du nombre important de projets en ressources informationnelles, indique le porte-parole de l’Agence. Il s’agit d’interventions spécialisées qui tiennent compte de l’envergure des projets, de l’expertise particulière requise pour assurer le conseil en gestion de ces projets et de la disponibilité des ressources internes.»

Questionné sur le coût du contrat, le porte-parole de Revenu Québec explique que le «montant accordé dans le cadre de ce contrat est basé sur les besoins de Revenu Québec dans le cadre de la réalisation de différents projets pour les trois prochaines années. Le taux horaire soumis est représentatif du taux du marché».

Une pratique trop répandue?

Pour la présidente du SFPQ, Lucie Martineau, le recours à des firmes privées pour combler des lacunes de personnel représente une façon de contourner le gel des embauches dans la fonction publique.

«Le phénomène a plus que triplé depuis quatre à cinq ans dans la fonction publique, dénonce-t-elle. Le gouvernement a gelé les embauches mais, d’un autre côté, le budget pour les sous-traitants n’est, lui, pas gelé.»

Selon la présidente, il y aurait actuellement au sein de certains ministères un nombre comparable d’employés embauchés par l’entremise de firmes de sous-traitants que d’employés de l’État. Ce qui provoque des situations parfois «bizarres», dit-elle.

«Il y a des gens qui travaillent pour des firmes de sous-traitants qui vont participer à des partys de Noël ou à des fêtes de départ à la retraite d’employé de l’État tellement ça fait longtemps qu’ils travaillent dans l’organisation», ironise-t-elle.

Un danger, selon la présidente du SFPQ, que l’État se retrouve avec une perte d’expertise et de connaissance. «On ne prend pas les précautions pour qu’il y ait transfert de connaissances», affirme-t-elle.

Elle précise également que «c’est bien souvent l’entreprise privée qui fait du profit avec ces contrats, pas forcément le travailleur».

Combler les manques

Jointe par téléphone, la présidente de la firme ABNA services-conseils, Amina Benzina, explique que ce contrat a pour but essentiellement de combler un manque de personnel en matière de gestion de projet au sein de l’Agence du revenu.

«Ça fait six ans que nous offrons des services en gestion de projet, notamment au sein de différents ministères et organismes de l’État, dit-elle. On vient combler un manque d’expertise pour certains domaines.»

La présidente de la firme ABNA remarque également qu’il est «très rare que les chargés de projet seniors aillent au gouvernement» travailler. Ils préfèrent, dit-elle, se tourner vers le privé pour offrir leur expertise.

«Il y a de plus en plus de chargés de projet à l’interne dans certains ministères, comme à Revenu Québec. Mais ils ont besoin d’être coachés: ce que nous faisons. On donne de l’expertise et on forme les gens», explique Mme Benzina.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les cinq PDG de sociétés d'État les mieux payés