NOUVELLES

Irak: les Kurdes demandent au ministre John Baird de leur fournir des armes

04/09/2014 10:52 EDT | Actualisé 04/11/2014 05:12 EST

ERBIL, Irak - Le gouvernement autonome kurde dans le nord de l'Irak a demandé de l'aide militaire au ministre canadien des Affaires étrangères John Baird, qui était en visite dans la région jeudi.

Le chef d'état-major du gouvernement kurde, Faud Hussein, a réclamé davantage d'armes pour affronter les combattants de l'État islamique (EI). Selon lui, les insurgés de l'EI ont en leur possession de l'armement sophistiqué, en plus d'être encouragés financièrement par leurs alliés en Syrie.

«Ce sera un long combat. (...) Nous faisons face à un État terroriste qui a des racines dans plusieurs pays», a-t-il expliqué.

Il a d'ailleurs souligné que plusieurs combattants de l'EI provenaient de pays étrangers, dont le Canada.

Le ministre John Baird ne s'est pas engagé à approvisionner les Kurdes en armement. Toutefois, il a indiqué que le Canada et les autres pays membres de l'OTAN allaient discuter d'une aide militaire coordonnée. Il a d'ailleurs rappelé que le Canada avait déjà envoyé deux avions de transport militaire et presque 30 millions $ en aide humanitaire.

M. Baird a couvert d'éloges l'armée kurde, qui tente de combattre les forces de l'EI, tout en offrant de la protection aux réfugiés. «Les Kurdes ont démontré au monde entier leur force et leur attachement au pluralisme et à la paix», a-t-il déclaré. Il a assuré que les Kurdes avaient son appui et celui de son gouvernement.

Il a aussi annoncé une aide supplémentaire de 7 millions $ pour les réfugiés.

Par ailleurs, lors du deuxième jour de sa visite en Irak, flanqué de deux députés de l'opposition, le ministre Baird a parcouru des lieux où se sont affrontés des combattants de l'EI et l'armée irakienne.

Il a décrit cette expérience comme étant marquante, parce qu'elle a «remis les choses en perspective».

«Ce n'est pas une situation abstraite qui se passe dans un pays lointain, c'est directement devant nos yeux», a-t-il raconté.

Le ministre Baird a aussi rencontré le président kurde, avant de s'arrêter dans des camps de réfugiés.

PLUS:pc