NOUVELLES

En Inde, l'installation de toilettes dans les villages devrait empêcher la violence envers les femmes

04/09/2014 02:14 EDT | Actualisé 04/09/2014 02:16 EDT
PRAKASH SINGH via Getty Images
TO GO WITH India-health-women-crime-social,FOCUS BY ABHAYA SRIVASTAVA In this photograph taken on August 31, 2014, Indian residents return after defecating in an open field in a village in the Badaun district of Uttar Pradesh. Decorated with marigolds and ribbons, 108 toilets unveiled in a tragedy-hit village are a small step in Prime Minister Narendra Modi's push to end open-air defecation for impoverished Indian women. AFP PHOTO/Prakash SINGH (Photo credit should read PRAKASH SINGH/AFP/Getty Images)

Les habitants d'un village indien, où deux adolescentes ont été violées et pendues, pourront dormir sur leurs deux oreilles maintenant que des toilettes ont été installées à proximité.

L'organisation à but non-lucratif Sulabh International a entrepris d'installer 108 espaces sanitaires dans cette région ravagée par la pauvreté, rapporte la BBC.

En mai dernier, les jeunes filles de 14 et 15 ans de l'État d'Uttar Pradesh ont été victimes d'un viol collectif et pendues à un manguier alors qu'elles étaient parties dans un champ pour faire leurs besoins. Les habitants ont manifesté et blâmé l'inaction de la police pour ces crimes.

En Inde, on estime qu'une femme est violée toutes les 30 minutes et ce sont souvent les habitantes des régions les plus pauvres qui en souffrent.

Parallèlement, 600 millions de personnes, soit plus de la moitié des Indiens, n'ont pas accès à des toilettes privées selon la Banque mondiale - un problème majeur pour les femmes qui urinent ou défequent quand le soleil est couché, de peur d'être surprises à se soulager à la lumière du jour.

Depuis 1970, Sulabh a offert des toilettes à bas coût à 1,2 millions de résidences et a installé 8000 latrines publiques, selon le site de l'organisation.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les meilleurs et les pires pays pour les femmes selon le Forum économique Mondial