NOUVELLES

Ebola: les États-Unis financent 1000 lits de plus au Liberia

04/09/2014 10:05 EDT | Actualisé 04/11/2014 05:12 EST

MONROVIA, Liberia - L'agence américaine d'aide au développement a annoncé jeudi qu'elle donnerait 75 millions $ pour financer 1000 lits de plus dans les centres de soins contre l'Ebola au Liberia, et achèterait 130 000 ensembles de protection de plus pour les travailleurs en première ligne.

L'Agence pour le développement international des États-Unis a aussi exhorté les professionnels de la santé américains à répondre à l'éclosion. Le porte-parole Rajiv Shah a fait valoir à l'Associated Press que plusieurs centaines d'experts internationaux additionnels sont requis et que l'agence aiderait à déployer des travailleurs américains en Afrique de l'Ouest.

M. Shah a soutenu que l'agence avait une «stratégie claire et cohérente», mais qu'il faudrait des semaines ou des mois avant d'être «opérationnel». Il a déclaré que la situation «s'aggraverait encore avant de s'améliorer».

Les 75 millions $ s'ajoutent à une somme de 20 millions $ déjà engagée par l'agence pour combattre l'éclosion de l'Ebola, d'abord constatée en mars en Guinée, avant qu'elle ne s'étende au Liberia, en Sierra Leone et au Nigeria.

Les travailleurs de la santé comptent pour environ 10 pour cent des décès jusqu'à maintenant. La plupart des tenues de protection utilisées doivent être détruites après usage, ce qui fait qu'un renouvellement continuel d'équipement est nécessaire.

Par ailleurs, plus de 200 personnes viennent d'être placées en observation à Port Harcourt, dans le sud du Nigeria, après avoir été possiblement exposées au virus d'Ebola. Ces personnes ont consulté un médecin qui est lui-même mort de la maladie.

Les responsables nigérians croyaient avoir maîtrisé une petite éclosion de la maladie dans leur pays, mais l'Organisation mondiale de la Santé prévient que les actions du médecin ont créé de multiples occasions de transmission du virus.

Le médecin a continué à soigner des patients même après avoir commencé à présenter des symptômes. Une soixantaine de personnes sont considérées comme étant fortement à risque d'avoir été infectées.

Jeudi, certains résidants de Port Harcourt se sont dits confiants que la maladie sera contenue, tandis que d'autres craignent une propagation du virus.

L'Ebola a déjà fait plus de 1900 morts en Afrique de l'Ouest. Un malade provenant du Liberia a amené la maladie au Nigeria; une personne qu'il avait infectée s'est ensuite rendue à Port Harcourt.

PLUS:pc