NOUVELLES

Le Japon reprendra la chasse à la baleine dans l'Antarctique

03/09/2014 11:01 EDT | Actualisé 03/11/2014 05:12 EST

TOKYO - Le Japon souhaite reprendre la chasse à la baleine à des fins de recherche, l'an prochain dans l'Antarctique, suivant de nouvelles méthodes, ont annoncé mercredi les autorités du pays. Moins de baleines seraient tuées durant les opérations et seulement les petits rorquals seraient ciblés.

L'Agence japonaise des pêches soumettra son nouveau programme de recherche à une rencontre de l'International Whaling Commission (IWC), qui se tient les 15 au 18 septembre prochains en Slovénie, pour qu'il entre en vigueur en 2015. L'approbation de l'IWC n'est pas obligatoire, mais le Japon ferait face à une vive opposition s'il choisissait d'agir unilatéralement.

Le pays menait des recherches sur les baleines de la région depuis 1986, lorsque la chasse commerciale avait été interdite. En mars dernier, la Cour internationale de Justice avait statué que le Japon devait cesser de chasser la baleine parce que ses visées n'étaient pas scientifiques.

La cour avait relevé plusieurs problèmes dans le programme de recherche japonais. Selon le jugement, les chasseurs avaient des objectifs de chasse trop élevés, et ils utilisaient trop peu souvent des méthodes de recherches non-létales pour les baleines. Il y avait aussi un manque de clarté dans l'échantillonnage, a rapporté un porte-parole de l'agence, sous le couvert de l'anonymat. Le nouveau programme de recherche s'attaquerait à ces problèmes, en plus de bannir la chasse de certaines espèces comme la baleine à bosse et le rorqual commun.

Les chasseurs japonais se rendront plus tard cette année dans la région, mais seulement pour effectuer des recherches non-létales.

Certains détracteurs accusent le Japon de chasser les baleines à des fins commerciales. La viande de la baleine peut être vendue pour la consommation humaine.

De 2013 à 2014, le Japon a capturé 251 petits rorquals. Ses prises avaient atteint un sommet de 935 en 2005, pour diminuer les années suivantes notamment parce que la demande pour la viande de baleine avait diminué.

PLUS:pc