NOUVELLES

Guy Turcotte: son audience de remise en liberté débute mercredi à Saint-Jérôme

03/09/2014 05:26 EDT | Actualisé 03/11/2014 05:12 EST
Agence QMI

SAINT-JÉRÔME, Qc - Guy Turcotte témoignera à compter de jeudi matin au palais de justice de Saint-Jérôme dans le cadre de son enquête sur remise en liberté provisoire.

L'ex-cardiologue devrait expliquer au tribunal qu'il a l'intention d'agir à titre d'aidant naturel pour son oncle et sa tante, si on lui permet de quitter la prison d'ici à la tenue de son deuxième procès pour le meurtre de ses deux enfants, survenu en février 2009.

Mercredi, témoignant pour la défense, une psychiatre a expliqué que Turcotte a récemment souffert d'une profonde dépression accompagnée de symptômes psychotiques. L'experte a toutefois ajouté que sa santé mentale s'est améliorée durant l'été et qu'il continue de prendre une panoplie de médicaments.

Des témoins ont affirmé que Guy Turcotte est complètement ruiné et qu'il a dû recevoir des prestations d'aide sociale durant la période où il a été remis en liberté.

Son frère s'est aussi présenté à la barre des témoins où il s'est engagé à verser un montant de 100 000$ en caution. Devant le juge, il a ajouté que Guy Turcotte continuait toujours à fréquenter des amis de longues dates.

Un psychiatre a aussi indiqué que Turcotte ne représenterait pas un risque pour la société si on acceptait de le libérer.

Jeudi, après le témoignage de Guy Turcotte, la couronne a fait savoir qu'elle n'aurait pas de témoins supplémentaires à faire entendre.

A la suite des plaidoiries des avocats, le juge pourrait rendre sa décision sur le champ ou encore prendre la cause en délibérée et rendre sa décision à une date ultérieure.

La Cour d'appel du Québec a recommandé, en novembre dernier, la tenue d'un nouveau procès car elle estimait que le magistrat qui avait dirigé le premier procès avait commis des erreurs dans ses instructions au jury.

Lors d'un premier procès, un verdict de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux avait été rendu. Guy Turcotte avait été remis en liberté à la fin de 2012, moins d'un an et demi après le jugement.

Guy Turcotte s'est ensuite retrouvé en détention à l'Institut Philippe-Pinel de Montréal.