NOUVELLES

Fermeture de l'usine Laurentide : Shawinigan accuse le coup (VIDÉO)

02/09/2014 03:36 EDT | Actualisé 03/09/2014 05:07 EDT

Au lendemain de l'annonce de la fermeture de l'usine Laurentide de Produits forestiers Résolu (PFR), le maire de Shawinigan et la communauté d'affaires sont prêts à monter aux barricades pour sauver et relancer l'économie locale.

Le maire Michel Angers a discuté, hier, avec le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Il lui a notamment demandé la création d'un fonds spécial de 20 millions de dollars dédié à la relance économique de Shawinigan.

En entrevue à l'émission Chez nous le matin, le maire Angers a rappelé les défis économiques qui préoccupent la ville depuis des années et qui se font désormais plus criants, après la perte annoncée des 275 emplois chez PFR.

Il reconnaît que Shawinigan a reçu un coup de pouce de la part de Québec pour l'ouverture de son centre d'entrepreneuriat, mais il rappelle que cet appui ne représentait qu'une fraction du projet, évalué à 10 millions de dollars.

« Nous avons une communauté entrepreneuriale et un plan d'action avec 75-80 idées », explique Michel Angers.

« Ceci dit, c'est toujours la même chose : sans l'aide de Québec, nous sommes obligés de gratter, avec des partenaires qui n'ont pas d'argent. L'appui du gouvernement nous donnerait enfin les coudées franches. » — Le maire de Shawinigan Michel Angers

Le ministre responsable de la Mauricie, Jean-Denis Girard, demeure vague quant aux solutions envisagées pour soutenir Shawinigan.

« On se doit de se doter d'un plan qui va être régional; ça fait plusieurs années que la Mauricie en arrache, il faut faire les choses différemment. » — Le ministre responsable de la Mauricie Jean-Denis Girard

Le député libéral de Saint-Maurice Pierre Giguère croit pour sa part que la Mauricie a maintenant un genou par terre. Il entend multiplier les démarches au cours des prochains mois pour qu'aboutissent plusieurs projets, dont la Station du numérique et le système d'épuration des eaux à Lac-à-la-Tortue.

Le porte-parole de Produits forestiers Résolu, Karl Blackburn, réitère que tout sera fait pour soutenir les 275 travailleurs qui perdront leur emploi le 15 octobre prochain.

« Certains prendront leur retraite, d'autres seront relocalisés, mais il est clair que nous ne ménagerons aucun effort pour soutenir les travailleurs. » — Le porte-parole de PFR Karl Blackburn

PFR accusée de négligence

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du papier de la Mauricie (CSN) accuse pour sa part PFR d'avoir fait preuve de négligence envers son usine du secteur de Grand-Mère.

« Si l'usine est désuète, c'est la conséquence directe de la négligence et d'un manque d'investissement chronique de PFR », estime le président de la Fédération de l'industrie manufacturière (FIM-CSN) Alain Lampron.

L'usine Laurentide utilisait encore des billes de bois pleine longueur plutôt que des copeaux, comme la grande majorité des usines du Québec.

La centrale syndicale déplore d'ailleurs que l'entreprise ait encouragé la rivalité entre ses usines québécoises.

La CSN rappelle que Produits forestiers Résolu a réclamé l'aide du gouvernement du Québec à plusieurs reprises dans les dernières années et demandait encore récemment l'accès à du bois pour la pâte à un coût moindre que ce qui est prévu dans le nouveau régime forestier de 2013.