NOUVELLES

Cessez-le-feu en Ukraine?

03/09/2014 05:45 EDT | Actualisé 03/09/2014 07:19 EDT
FRANCISCO LEONG via Getty Images
Pro-Russian fighters sit ontop of a tank in Starobesheve, southeast of Donetsk, on August 31, 2014. Pro-Russian separatists were preparing a fresh offensive on a key coastal location in eastern Ukraine on Sunday, as EU leaders gave Moscow one week to curb its support for the rebels or face new sanctions. A ragtag mix of volunteer battalions and local residents were bracing for a desperate defence of Mariupol, a strategic port city and the last big town in the region still under Ukrainian control. AFP PHOTO / FRANCISCO LEONG (Photo credit should read FRANCISCO LEONG/AFP/Getty Images)

L'Ukraine a annoncé mercredi un accord avec Vladimir Poutine sur "un régime de cessez-le feu" dans l'Est séparatiste prorusse mais le Kremlin a souligné qu'il n'était pas "partie prenante au conflit" et ne pouvait décider d'une telle mesure.

A l'issue d'une conversation téléphonique entre les présidents russe et ukrainien, la présidence ukrainienne a dans un premier temps fait état d'un accord sur "un cessez le feu permanent dans le Donbass", bassin minier de l'Est qui comprend les régions de Donetsk et de Lougansk en proie à de violents combats.

Peu après, la présidence a nuancé ses propos, soulignant que l'accord trouvé portait sur "un régime de cessez-le feu".

Pour sa part, le Kremlin a déclaré que la conversation entre les deux hommes ne portait que sur "des mesures qui seraient favorables à un cessez-le-feu entre les rebelles et les forces ukrainiennes".

"La Russie ne peut concrètement pas négocier un cessez-le-feu, car elle n'est pas partie prenante au conflit", a indiqué le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l'agence Ria-Novosti.

Les responsables séparatistes n'ont pas réagi dans l'immédiat.

Après une série de succès, l'armée ukrainienne a perdu du terrain la semaine dernière alors que Kiev et les Occidentaux dénoncent un déploiement de troupes régulières et d'armes lourdes russes dans l'est de l'Ukraine, ce que Moscou dément.

Selon des journalistes de l'AFP sur place, l'armée ukrainienne semble avoir abandonné sans vraiment combattre une vaste zone du sud-est de la région séparatiste entre le fief rebelle de Donetsk, la frontière russe à l'est et le port stratégique de Marioupol au sud, sur les bords de la mer d'Azov.

Le ministre ukrainien de la Défense Valéri Guéléteï a ces derniers jours mis en garde contre une "grande guerre" entre l'Ukraine et la Russie qui pourrait faire "des dizaines de milliers de morts".

"Nous avons tout simplement besoin d'un répit", a expliqué à l'AFP un haut responsable diplomatique à Kiev, sous couvert de l'anonymat, en assurant que la présidence ukrainienne n'avait pas l'intention de "geler le conflit".

"Geler le conflit signifierait détruire le pays. Porochenko en est conscient", a-t-il poursuivi.

"On ne peut pas faire confiance aux Russes mais on ne peut pas ne pas essayer de se mettre d'accord avec eux", a conclu la source diplomatique ukrainienne.

"Nous avons deux lignes rouges que l'on ne peux pas franchir. C'est l'intégrité territoriale et l'intégration à l'UE. Tout le reste peut faire l'objet d'un compromis", a ajouté ce responsable.

L'annonce d'un cessez-le-feu par Kiev intervient à la veille du sommet de l'Otan en marge duquel le président ukrainien doit rencontrer son homologue américain Barack Obama avant d'être reçu le 18 septembre à la Maison Blanche.

L'Ukraine a relancé la semaine dernière son projet d'adhésion à l'Otan et a demandé "une aide pratique" de l'Alliance.

En visite en Estonie destinée à rassurer les pays baltes et à lancer un nouvel avertissement à la Russie, Barack Obama s'est montré très prudent et a estimé qu'il était "trop tôt" pour se prononcer sur un éventuel accord entre Kiev et Moscou.

Rebelles pro-russes en Ukraine


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?