NOUVELLES

N.-B.: les chefs parlent de stratégies en éducation et de pauvreté

02/09/2014 01:29 EDT | Actualisé 02/11/2014 05:12 EST

MONCTON, N.-B. - Les libéraux et les progressistes-conservateurs du Nouveau-Brunswick promettent d'améliorer le système d'éducation dans la province, tandis que les néo-démocrates veulent plutôt s'attaquer à la pauvreté.

Le chef libéral Brian Gallant a par ailleurs dit vouloir inviter les autres partis, les enseignants, les parents et les élèves à mettre sur pied un plan s'étalant sur une période de 10 ans pour améliorer l'éducation. Selon lui, ce plan porterait sur une série de sujets, y compris l'amélioration de la littératie, la diminution du harcèlement et l'exposition des élèves au secteur des métiers.

«Pendant trop longtemps, les priorités de notre système d'éducation ont été modifiées à chaque changement de gouvernement. Un système d'éducation solide, menant à une main-d'oeuvre qualifiée, est un aspect essentiel de la croissance à long terme du marché de l'emploi.»

De son côté, le premier ministre conservateur sortant David Alward estime plutôt que le système d'éducation a besoin d'encadrement à long terme portant sur les élèves, sans que les politiciens prennent des décisions quotidiennes qui auront des répercussions sur les salles de classe. Cet avis est partagé par son adversaire libéral, qui s'oppose lui aussi aux interférences politiques. «Les politiciens ne devraient pas prendre de décisions au jour le jour ou sur une période annuelle qui affectent les salles de classe», a-t-il déclaré.

M. Alward ajoute que son gouvernement travaillerait avec les enseignants, les intellectuels, les parents et la communauté des affaires s'il est réélu le 22 septembre.

Quant au chef néo-démocrate Dominic Cardy, il a plutôt annoncé une stratégie de réduction de la pauvreté comprenant des logements sociaux, l'expansion du rôle de l'ombudsman et la mise au point d'un plan de transport provincial pour les gens souffrant d'un handicap. «Poser ces gestes permettra de puiser dans un bassin représentant un potentiel inexploité de l'économie du Nouveau-Brunswick, puisque cela offrira une meilleure vie aux familles de la provinces, et, en particulier, à leurs enfants», a dit M. Cardy.

La période de mise en candidature en vue du scrutin est arrivée à échéance mardi après-midi. Élections Nouveau-Brunswick a publié la liste officielle des candidats, alors que 220 noms apparaîtront sur les bulletins de vote.

Les libéraux, les progressistes-conservateurs et les néo-démocrates présentent tous des candidats dans l'ensemble des 49 circonscriptions; les verts en ont 46, et 18 personnes se présentent sous les couleurs de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick. On compte aussi neuf indépendants. Cent quarante-neuf hommes et 71 femmes sont en lice.

PLUS:pc