NOUVELLES

Les parlementaires pakistanais se rencontrent d'urgence

02/09/2014 07:52 EDT | Actualisé 02/11/2014 05:12 EST

ISLAMABAD - Les parlementaires pakistanais se sont rencontrés d'urgence mardi, pendant que des milliers de personnes manifestaient toujours à l'extérieur du Parlement pour réclamer la démission du premier ministre Nawaz Sharif.

L'Assemblée nationale et le Sénat se sont réunis pour tenter de renflouer M. Sharif, qui traverse sa pire crise politique depuis qu'il a pris le pouvoir il y a un peu plus d'un an.

Les manifestations organisées par Imran Khan, un ancien joueur de cricket devenu politicien de l'opposition, et Tahir ul-Qadri, un leader religieux, ont convergé vers la capitale, Islamabad, à la mi-août. Le tout a viré à la violence le week-end dernier, quand des affrontements entre manifestants et policiers ont fait trois morts et des centaines de blessés.

Des milliers de manifestants ont maintenant pénétré à l'intérieur d'un périmètre de sécurité pour s'installer devant le Parlement. Ils occupent aussi l'avenue de la Constitution, qui circule notamment devant la Cour suprême et la résidence du premier ministre.

Le ministre de l'Intérieur, Chaudhry Nisar Ali Khan, a déclaré que les manifestants ne sont pas des révolutionnaires, mais plutôt des terroristes qui veulent lancer une rébellion contre le Pakistan.

L'assemblée spéciale des parlementaires doit s'étirer sur une semaine. Tous ceux qui ont pris la parole mardi, y compris le leader de l'opposition, ont offert leur appui à M. Sharif, qui a juré de ne pas démissionner.

MM. Khan et Qadri affirment que l'élection qui a porté M. Sharif au pouvoir, en mai 2013, a été entachée d'irrégularités.

PLUS:pc