NOUVELLES

Le journaliste américain Steven Sotloff aurait été décapité en Syrie

02/09/2014 01:26 EDT | Actualisé 02/11/2014 05:12 EST

BEYROUTH - Le journaliste américain Steven Sotloff semble avoir été décapité par un militant du groupe État islamique.

M. Sotloff travaillait comme journaliste pigiste pour les magazines Time et Foreign Policy. Il est disparu en Syrie en août 2013. On l'avait récemment aperçu dans une vidéo de l'État islamique montrant la décapitation du journaliste américain James Foley.

Dans cette vidéo, M. Sotloff était menacé de mort si les États-Unis ne mettaient pas fin à leurs frappes contre le groupe en Irak. Le groupe a pris le contrôle dans des combats violents de larges portions de territoire en Irak et en Syrie et dit vouloir établir un califat islamique.

Des images diffusées en ligne mardi montrent M. Sotloff vêtu d'un survêtement orange dans le désert de la Syrie. Il aurait ensuite été décapité par un militant. Cette vidéo est intitulée «Un deuxième message à l'Amérique». Barak Barfi, un porte-parole de la famille Sotloff, a affirmé que la famille «était au fait de cette horrible tragédie et vivait son deuil en privé». M. Barfi a indiqué que la famille avait vu la vidéo, mais que les autorités n'en avaient pas établi l'authenticité.

L'Associated Press n'était pas en mesure dans l'immédiat de vérifier l'authenticité de la vidéo. Le groupe de renseignement SITE, un organisme de surveillance antiterrorisme des États-Unis, a le premier fait état de la vidéo. Contrairement à la vidéo montrant James Foley, qui avait été partagée largement sur les comptes Twitter affiliés à l'État islamique, la vidéo semblant montrer la décapitation de M. Sotloff n'a pas été publiée immédiatement en ligne, bien que plusieurs sites Internet jihadistes aient dit à des usagers qu'ils pouvaient s'attendre à la voir mardi.

À Washington, la porte-parole du département d'État, Jen Psaki, a indiqué que les analyses des services de renseignement américains seraient complétées «aussi rapidement que possible» pour déterminer si la vidéo est authentique.

«Si la vidéo est authentique, nous sommes dégoûtés par cet acte brutal, qui emporte la vie d'un autre citoyen américain innocent», a dit Mme Psaki.

La porte-parole a dit croire que «quelques» Américains seraient encore détenus par l'État islamique, sans donner plus de détails.

Le combattant aux côtés de M. Sotloff dans la vidéo parlent d'une vengeance pour les raids persistants de l'administration Obama contre le groupe en Irak. À la fin de la vidéo, il menace de tuer un troisième détenu, un Britannique, David Cawthorne Haines. On ignorait pour l'instant de qui il s'agit. Les responsables du ministère des Affaires étrangères au Royaume-Uni ont refusé de commenter dans l'immédiat.

PLUS:pc