NOUVELLES

Le BST réagit à une démarche proposée après l'accident de Resolute Bay

02/09/2014 11:04 EDT | Actualisé 02/11/2014 05:12 EST

GATINEAU, Qc - Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) juge en partie satisfaisante la réponse de Transports Canada à une recommandation qui avait été formulée à la suite du rapport d'enquête sur l'accident d'un Boeing 737, qui s'est produit à Resolute Bay, au Nunavut, le 20 août 2011.

Huit passagers et les quatre membres d'équipage avaient alors perdu la vie et trois passagers avaient été grièvement blessés.

Dans cet accident, l'avion est arrivé à une altitude et à une vitesse excessives en approche finale. Lorsque l'équipage a amorcé une remise des gaz, il était trop tard pour éviter l'impact avec le relief.

Le BST a recommandé que Transports Canada exige que les exploitants de gros avions commerciaux surveillent les approches non stabilisées qui se poursuivent jusqu'à l'atterrissage et en réduisent la fréquence.

Or, le ministère a répondu en publiant une Alerte à la sécurité de l'Aviation civile (ASAC) qui encourage les exploitants aériens à utiliser leur système de gestion de la sécurité (SGS) pour déterminer la fréquence des approches non stabilisées et élaborer des mesures d'atténuation des risques qu'elles posent.

Le BST estime que la fréquence des approches non stabilisées n'a jamais été abordée efficacement. Il ajoute que les exploitants n'auront peut-être pas les données nécessaires pour évaluer le risque que posent les approches non stabilisées dans le cadre de leurs activités si un programme de suivi des données de vol n'est pas exigé.

Aux yeux de Kathy Fox, présidente du BST, si l'Avis de Transports Canada est un pas dans la bonne direction, il faudra du temps pour valider l'efficacité de cette démarche volontaire.

PLUS:pc