NOUVELLES

Un deuxième journaliste américain décapité par l'Etat islamique

02/09/2014 01:36 EDT | Actualisé 02/09/2014 07:36 EDT

Les jihadistes de l'Etat islamique ont revendiqué mardi l'exécution par décapitation d'un second journaliste américain, Steven Sotloff, dans une vidéo qui a provoqué "l'écoeurement" des Occidentaux.

Dans cette vidéo intitulée "deuxième message à l'Amérique", on peut voir Steven Sotloff, à genoux, vêtu d'une blouse orange. Debout à côté de lui, un homme masqué, vêtu de noir et armé d'un couteau condamne l'intervention des Etats-Unis en Irak et porte son arme à la gorge du journaliste de 31 ans.

Le bourreau, qui s'exprime avec un accent britannique, présente ensuite à la camera un autre otage, un Britannique identifié comme David Cawthorne Haines, et menace de l'exécuter.

"Je suis de retour, Obama, et je suis de retour à cause de ton arrogante politique étrangère envers l'Etat islamique", déclaré l'homme masqué dans cette vidéo de cinq minutes.

Cette mise en scène est en tout point semblable à celle de la vidéo diffusée le 19 août --premier message à l'Amérique-- où un insurgé à l'accent britannique décapitait le journaliste américain James Foley, âgé de 40 ans. L'homme avait ensuite indiqué que Sotloff --également montré dans cette première vidéo-- serait le prochain, si les frappes aériennes n'étaient pas interrompues.

Sotloff, porté disparu depuis douze mois, aurait été kidnappé le 4 août 2013 à Alep, en Syrie, près de la frontière avec la Turquie, mais son enlèvement avait été tenu secret.

Sa famille, par l'intermédiaire d'un porte-parole, a fait savoir mardi qu'elle était "au courant de cette horrible tragédie et qu'(elle) pleure sa mort dans l'intimité". "Il n'y aura aucun commentaire en public de la famille pendant cette période difficile", a-t-il précisé.

Shirley Sotloff, la mère du journaliste, s'était adressée directement dans une vidéo diffusée le 27 août au chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, pour le supplier de libérer son fils.

"Vous, le calife, pouvez accorder l'amnistie. Je vous demande s'il vous plaît de libérer mon enfant", implorait Mme Sotloff. "En tant que mère, je demande à votre justice d'être miséricordieuse et de ne pas punir mon fils pour des choses sur lesquelles il n'a aucun contrôle", déclarait-elle.

La Maison Blanche a précisé qu'elle devait encore confirmer l'authenticité de la vidéo diffusée mardi. "Si (elle est) avérée, nous sommes consternés par le meurtre brutal d'un journaliste américain innocent et nous présentons à sa famille et à ses amis nos plus sincères condoléances", a indiqué Bernadette Meehan porte-parole adjointe du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche.

- "dégoûtant, révulsant, dégueulasse" -

Si la "vidéo est authentique, nous en serions écoeurés", a ajouté son homologue du département d'Etat, Jennifer Psaki.

Le premier ministre britannique David Cameron a qualifié cette seconde vidéo, repérée par le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE, d'"absolument écoeurante et ignoble", dans une brève déclaration mardi soir. Il a prévu de s'exprimer plus longuement plus tard.

Le président français François Hollande a condamné "avec horreur, si elle était confirmée, l'exécution abominable d'un Américain". "Cet acte barbare (...) révèle la nature ignoble" de l'Etat islamique, a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de l'organisation Reporters sans frontières Christophe Deloire a déclaré à l'AFP: "C'est dégoûtant, révulsant, dégueulasse" qu'"il se trouve un groupe comme l'Etat islamique pour décapiter" les journalistes qui sont "déjà de plus en plus menacés (et) de plus en plus visés sciemment par des belligérants dans les conflits, qui sont pris en otage".

La plus puissante organisation de défense des droits musulmans ux Etats-Unis, le Council on American-Islamic relations (CAIR), a également condamné l'exécution de Steven Sotloff.

"Aucun mot ne peut décrire l'horreur, le dégoût et le chagrin ressentis par les musulmans aux Etats-Unis et dans le monde après cet acte de violence inconcevable et non-islamique perpétré par le groupe terroriste EI", a relevé le CAIR dans un communiqué. "Les actions criminelles de l'EI sont contraires à la foi de l'Islam".

La publication il y a deux semaines de la vidéo de l'exécution de James Foley avait fait l'effet d'un électrochoc aux Etats-Unis où de nombreuses voix avaient appelé le président Barack Obama à étendre les frappes aériennes sur le territoire syrien, où l'Etat islamique a mis sous sa coupe de vastes pans de territoires.

Mais le président américain s'est mis dans l'embarras la semaine dernière en déclarant: "Nous n'avons pas encore de stratégie", alors que les commentateurs attendaient plutôt l'annonce d'imminentes attaques en Syrie, comme c'est le cas depuis le 8 août en Irak.

Le sénateur républicain Lindsey Graham a estimé mardi que "condamner n'est pas suffisant". "Monsieur le président, si vous n'êtes pas en mesure de déterminer une stratégie, au moins dites nous quel est l'objectif en ce qui concerne l'EI".


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?

INOLTRE SU HUFFPOST

  • He was part of a group of four Brits called 'The Beatles' based in the ISIS stronghold of Raqqa
    A former hostage, who was held for a year in the Syrian town of Raqqa, has told the Guardian that the killer was the ringleader of a trio of UK-born extremists the captives nicknamed \"The Beatles\" because of their nationality.
  • He was the ringleader, and in charge of guarding foreign hostages
    DON EMMERT via Getty Images
    The masked killer who murdered Foley is known as \'John\' to the group.
  • He is left-handed
    Only 10% of the world\'s population are left-handed. All of the information from the video will be analysed rigorously by intelligence services, including the way he holds his weapon, his height, body movement and intonation. MI5 have a database of Brits they believe have travelled to Syria, and they will be comparing what they know about each one, the Telegraph reported.
  • He is probably from south London but could have family links to Afghanistan
    MACIEJ NOSKOWSKI via Getty Images
    Dr Claire Hardaker, a linguistics experts at Lancaster University, has told several media outlets that the man\'s vowels marked him out as likely from the south-east of England, but most likely from London. Elizabeth McClelland, a forensic voice and speech analyst, told the Telegraph the accent has \"possible influences of Farsi, which could suggest a family link to Afghanistan\".
  • He was probably chosen for the job because his British accent would be more sinister for Western viewers of the video
    TAUSEEF MUSTAFA via Getty Images
    \"This is significant because it signifies a turn towards threatening the west. They are saying we\'re going to come after you if you bomb us,\" Prof Peter Neumann, director of the International Centre for the Study of Radicalisation, at King\'s College London told the Guardian.
  • He emailed the Foley family, furious about the US airstrikes, informing them he would kill their son
    ASSOCIATED PRESS
    Foley\'s family had been emailed by ISIS as early as last Wednesday and were informed that the terror group intended to execute the reporter in retaliation for US air strikes against Isis targets in northern Iraq.\nGlobalPost chief executive, Philip Balboni said that ISIS \"made no demands\", just informed the family the execution was going to take place. They tried to engage him in conversation, but to no avail, because the jihadist was fuelled by \"seething anger\".
  • He had previously wanted a ransom to spare Foley's life, but the US government did not pay
    ASSOCIATED PRESS
    According to the New York Times who spoke to a family representative and a captive held alognside Foley, ISIS demanded the United States to provide a $100 million ransom ransom for Foley\'s life, but unlike several other European countries who did pay out, the US refused.
  • He was the main negotiator in the release of 11 IS hostages earlier this year
    ASSOCIATED PRESS
    Almost a dozen hostages, some held for over six months, were handed to Turkish officials. They included two Spanish journalists, one pictured here, Javier Espinosa.
  • The militants foiled an attempted rescue by US Special Ops
    ASSOCIATED PRESS
    US President Barack Obama sent troops to Syria this summer to rescue a number of Americans being held hostage, including Foley, senior administration officials said. Several dozen special operations troops who were dropped by aircraft into Syria did not find them and engaged in a firefight with IS militants before departing.
  • The killer treated Foley differently and more harshly that other hostages
    ASSOCIATED PRESS
    French journalist Nicolas Henin spent seven months in captivity with Foley, including a week where they were handcuffed together, telling the BBC Foley was treated as \"some kind of scapegoat\" and was beaten more frequently. \"Some countries like America but also like the UK do not negotiate and, well, they put their people at risk,\" he said.