NOUVELLES

Des milliers de Nigérians fuient une ville qui aurait été prise par Boko Haram

02/09/2014 05:40 EDT | Actualisé 02/11/2014 05:12 EST

MAIDUGURI, Nigeria - Des milliers de Nigérians s'enfuient d'une ville du Nord-Est dans la foulée d'informations contradictoires voulant que celle-ci soit tombée aux mains des extrémistes de Boko Haram, a indiqué mardi un sénateur fédéral.

L'armée affirme avoir repoussé les militants au cours de durs combats, mais la foule de réfugiés semble indiquer le contraire, a affirmé le sénateur Ali Ndume, de l'État de Borno. Il s'agirait d'une victoire majeure pour les obscurantistes si Boko Haram s'emparait de Bama, la deuxième plus grande ville de l'État de Borno, ouvrant du même coup la voie vers une attaque contre la capitale de l'État, Maiduguri, où est installé le quartier général de l'opération militaire contre le groupe extrémiste. Selon M. Ndume, Bama est à 75 kilomètres de la capitale, et abrite une population d'environ 200 000 personnes.

Des habitants ont indiqué lundi que les rebelles avaient pris le contrôle des baraquements militaires de Bama, mais l'armée soutient avoir repoussé les assaillants. Au dire du sénateur Ndume, l'armée de l'air a mené un raid à cet endroit mardi, tuant un nombre inconnu de soldats et de civils qui s'y étaient réfugiés.

Boko Haram a annoncé l'instauration d'un califat islamique dans les villages conquis de l'est de Borno. Le groupe a suscité une condamnation internationale pour l'enlèvement de plus de 200 lycéennes toujours captives. Le groupe veut imposer la loi islamique dans l'ensemble du Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afique avec quelque 170 millions de personnes pratiquement également divisées entre musulmans au Nord et chrétiens au Sud.

Selon un rapport publié mardi par l'institut de relations internationales britannique Chatham House, la campagne militaire du gouvernement nigérian contre les militants a échoué et les alliés internationaux du pays devraient aider le Nigeria à concevoir une nouvelle stratégie.

PLUS:pc