NOUVELLES

Casques bleus capturés en Syrie: le Front al-Nosra présente ses demandes

02/09/2014 04:06 EDT | Actualisé 02/11/2014 05:12 EST

BEYROUTH - Les rebelles syriens du Front al-Nosra qui détiennent 45 casques bleus des Fiji en otage ont présenté une série de demandes pour leur libération, y compris le retrait du groupe d'une liste des Nations unies des organisations terroristes, et une compensation pour la mort de trois de ses combattants au cours d'une fusillade avec les troupes internationales, a annoncé mardi un responsable.

Le Front, lié à al-Qaïda, a capturé les casques bleus jeudi sur le Plateau du Golan, où 1200 soldats des Nations unies surveillent la zone tampon entre la Syrie et Israël. Les rebelles ont également encerclé deux unités de Philippins, mais ceux-ci ont pu s'enfuir au cours de la fin de semaine.

S'exprimant à Suva, la capitale des îles Fiji, le commandant militaire Mosese Tikoitoga a également confirmé que le Front avait présenté trois demandes pour la libération des casques bleus: le retrait de la liste des organisations terroristes, l'envoi d'aide humanitaire dans certaines sections de la capitale syrienne, Damas, et un paiement pour ses trois soldats supposément tués dans un échange de tirs avec l'ONU. Le brigadier-général n'a pas précisé si ces demandes seraient prises en compte. L'ONU a envoyé des négociateurs en Syrie pour reprendre l'affaire des mains des leaders militaires, a-t-il ajouté.

Le général a également publié les noms des 45 soldats détenus, avant de demander aux leaders communautaires et religieux des Fiji d'aider les familles des captifs, et de réclamer l'appui de la population.

Les rebelles syriens, y compris des militants du Front al-Nosra, se sont emparés mercredi dernier d'un point de passage avec Israël, du côté syrien du Plateau du Golan. La région est depuis sujette à de durs combats entre l'opposition et les forces gouvernementales du président syrien Bachar el-Assad.

À Manille, aux Philippines, le chef de l'état-major Gregorio Pio Catapang a fait savoir que les 40 casques bleus ayant pris la fuite n'avaient pas accepté la demande des rebelles de déposer les armes et de se rendre, puisque cela aurait mis les troupes en grand danger.

Selon M. Catapang, les demandes des rebelles pour la libération des hommes des Fiji révèlent la vraie nature du Front.

«Nous ne négocions pas avec les terroristes. Nous avons des armes automatiques et des armes collectives, alors si nous leur donnons nos armes, cela aidera à créer un problème international.»

PLUS:pc