NOUVELLES

Amnesty International accuse l'État islamique de crimes de guerre en Irak

02/09/2014 09:01 EDT | Actualisé 02/11/2014 05:12 EST

BAGDAD - Les militants d'État islamique ont mené une campagne systématique de «nettoyage ethnique» dans le nord de l'Irak, a affirmé mardi Amnesty International, y compris des meurtres en série, des enlèvements et d'autres crimes de guerre.

Un rapport de l'organisation de défense des droits de la personne affirme que les militants ont kidnappé des «centaines, voire des milliers» de femmes et d'enfants yézidis. Des «centaines» d'hommes et des garçons ont aussi été exécutés.

Amnesty évoque un incident au cours duquel les victimes ont été emmenées à l'extérieur de leur village à bord de camions avant d'être exécutées.

Ce document de 26 pages s'ajoute aux preuves qui s'accumulent concernant les atrocités commises par l'État islamique depuis qu'il s'est emparé de vastes secteurs de l'Irak et de la Syrie au cours des derniers mois.

Amnesty rapporte que 830 000 personnes — principalement des chiites et les membres de petites minorités religieuses — ont été chassées de chez elles. Plusieurs ont pris la fuite à l'approche des extrémistes.

Des milliers de chrétiens s'entassent maintenant dans des écoles et des églises du nord de l'Irak. Les Yézidis ont été placés dans des camps de réfugiés et des immeubles en construction. Les chiites ont surtout pris la route du sud de l'Irak.

Lundi, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies a accepté la requête du gouvernement irakien, qui demandait la tenue d'une enquête sur des crimes qui auraient été perpétrés par l'État islamique contre des populations civiles dans le nord, l'est et le nord-est du pays.

La plupart des femmes et des enfants qui ont été enlevés sont toujours portés disparus. Certaines filles et jeunes femmes auraient été remises à des militants, forcées de se convertir à l'islam ou violées.

«Les massacres et les enlèvements commis par l'État islamique témoignent d'une nouvelle vague de nettoyage ethnique contre les minorités dans le nord de l'Irak, a dit une enquêteure d'Amnesty International, Donatella Rovera. L'État islamique a réussi, en quelques mois, à complètement effacer de la carte irakienne les minorités ethniques et religieuses dans les territoires qu'il contrôle.»

PLUS:pc