DIVERTISSEMENT

Potins de la rentrée à Télé-Québec

01/09/2014 07:48 EDT | Actualisé 01/09/2014 07:50 EDT
Agence QMI

Télé-Québec avait érigé son immense tente blanche, aux abords de ses bureaux du 1000, rue Fullum, mercredi dernier, afin de célébrer dignement la rentrée d’automne. C’est devenu une tradition au fil des ans : après la présentation détaillée de la programmation aux artistes et aux médias, en avant-midi, les têtes d’affiche de la station se réunissent sous le chapiteau, sur l’heure du dîner, pour triquer aux nouveautés et aux continuités qui garniront nos petits écrans pendant l’année. L’événement donne le coup d’envoi à la nouvelle saison. Comme l’an dernier, le Huffington Post Québec était sur place et a tenté de percer quelques secrets…

Christiane Charette vient de conclure une deuxième saison de 125, Marie-Anne qui a fait abondamment jaser dans les chaumières et sur les réseaux sociaux. Fière du travail accompli par son équipe qui, soutient-elle, «passe sa vie» à préparer les rendez-vous du dimanche soir, l’animatrice considère comme une immense satisfaction, «grisante et stimulante», le fait que ses entrevues suscitent autant d’intérêt populaire. «Cette année, on dirait qu’à chaque semaine, il se passait quelque chose avec les invités, a détaillé Christiane. Un groupe, Dead Obies, a choqué les gens parce qu’il chantait en franglais. Une autre fois, Daniel Pinard a un peu dépassé la mesure, mais a été magique ; finalement, on s’est rendu compte qu’il ne dépassait pas la mesure. L’Abbé Gravel est venu à notre émission, et allait mourir quelques semaines plus tard. C’a été un cadeau de la vie. Mariana Mazza, l’humoriste, a été extraordinaire. On a eu un très bel été.» Motivée, propulsée par l’adrénaline de la télévision en direct, Christiane Charette n’envisage pas de changer de procédé l’an prochain. «C’est parce que j’ai peur de la télé, a justifié la dame. Si on enregistre à l’avance, je n’ose pas plonger. Je suis trop consciente de ce qui se passe. Alors qu’en direct, je n’ai pas le choix! Le direct, c’est pour survivre! Quand on est en direct, c’est vrai. Quand on dit «Bonjour», on le dit pour vrai, on ne fait pas semblant.» 125, Marie-Anne sera de retour à Télé-Québec au printemps 2015 et, d’ici là, Christiane Charette collaborera une fois par mois à la tribune radiophonique La soirée est encore jeune, avec Jean-Philippe Wauthier, à ICI Radio-Canada Première.

Jean-Philippe Wauthier et son collègue de Deux hommes en or, Patrick Lagacé, rêvent d’interviewer Bono ou Barack Obama dans leurs fauteuils du Monument-National mais, réalistes, ils bossent fort à essayer d’attirer la crème de la classe politique d’ici et d’autres têtes d’affiche en vue, en tentant de demeurer constamment collés à l’actualité de la semaine. Aucune transformation majeure ne viendra modifier la formule établie l’an dernier, même si Jean-Philippe Wauthier fait état de «touts petits changements», qui ne déstabiliseront pas le téléspectateur. «Souvent, on nous disait que les entrevues étaient trop courtes, a-t-il relevé. On s’est demandé si on avait trop d’invités par émission. Alors, parfois, on va peut-être en avoir un de moins, pour passer plus de temps avec certaines personnalités. Mais c’est quand même plaisant de se faire dire : «J’en aurais pris plus!» C’est meilleur que lorsque ça paraît trop long. Tant qu’on en redemande, c’est parfait. Et ça nous permet de recevoir les mêmes personnes plus d’une fois!» Deux hommes en or regagnera sa case-horaire du vendredi, à 21h, dès le 12 septembre, et les entretiens seront toujours enregistrés la veille, le jeudi soir.

Les tout-petits devront bientôt faire leurs adieux à Toc Toc Toc, qui se terminera à Noël après huit ans d’amusantes péripéties. Pour Denis Houle, alias M.Craquepoutte, l’heure est au deuil. Après tout, le comédien était environ dans 60 des 65 épisodes de Toc Toc Toc tournés chaque année, et était de l’aventure depuis ses débuts… «Pour un acteur, c’est très rare d’avoir un personnage du genre, a expliqué Denis Houle avec nostalgie. Un rôle aussi éclaté que M.Craquepoutte est très agréable à incarner. De le faire pendant huit ans, c’a été magnifique. Jouer pour les enfants, c’est extraordinaire, ils sont tellement sincères. Et aussi, c’est un peu cliché, mais avec les membres de la production, on était tous devenus comme une famille. On travaillait ensemble de septembre à la fin juin. Disons que c’est un gros changement de vie!» Denis Houle compte s’accorder un automne «mollo» avant de monter sur les planches du Théâtre de Quat’Sous au printemps prochain.

Les nouveaux parents Sébastien Diaz et Bianca Gervais définissent leur magazine Format familial comme un «gros livre à colorier pour adultes», un guide utile «actuel, moderne, qui rock». On y rencontrera des familles de tous les genres, des personnalités connues livreront des témoignages émouvants, d’autres laisseront libre cours à leur exaspération sur une thématique précise. Quelques exemples? Ariane Moffatt présentera pour la première fois ses jumeaux à la caméra, Sophie Prégent exprimera à quel point elle n’en peut plus de se faire qualifier de «courageuse» parce qu’elle prend soin de son fils autiste, et Christian Bégin confiera qu’il a eu envie de fuir lorsque son fils, aujourd’hui un jeune adulte, est né. Les reportages et interventions seront filmés chaque fois dans des endroits différents. Deux enfants, Anne-Charlotte et Sullivan, testeront des produits destinés aux jeunes. «Ils sont hallucinants, a vanté Sébastien Diaz. Je compare Anne-Charlotte à Mahée Paiement dans Bach et Bottine ou à une jeune Véronique Cloutier. Elle a énormément de bagout. Sullivan, lui, me fait penser à Herby Moreau, avec son côté cool, relax, un peu sophistiqué…» La petite Liv, fille de Bianca et Sébastien, née en avril dernier, fait office de mascotte dans l’entourage de l’équipe de Format familial. «On a construit une entreprise sur mesure pour notre bébé, a illustré Bianca. On a bâti Format familial comme une PME. Sébastien fait du montage avec la petite sur les genoux! On est vraiment dans la conciliation travail-famille!» On découvrira Format familial le mardi, 9 septembre, à 19h30.

Autre duo phare de Télé-Québec, Alexandra Diaz et Geneviève O’Gleman sont parvenues à créer, après une année et demi en ondes, une véritable communauté d’adeptes de Cuisine futée, parents pressés, dont la page Facebook approche dangereusement les 90 000 abonnés. «On parle avec des gens hyper mobilisés, s’est enthousiasmée Alexandra. Je pourrais, comme ça, à brûle pourpoint, nommer une centaine de personnes qui communiquent avec nous régulièrement. Et les gens ne communiquent pas avec nous juste pour nous dire qu’on est bonnes et belles ; ils nous parlent de leurs goûts, de leurs intolérances et allergies, des petites bouches difficiles de leurs enfants, nous suggèrent des recettes, des variantes, nous envoient des photos… Nous, ça nous nourrit, en termes d’idées. On aurait du matériel pour faire 43 saisons!» Les deux complices rallumeront leur fourneau le 10 septembre, à 19h, et prévoient mijoter des desserts décadents (dont un spectaculaire gâteau au chocolat bordé de biscuits piroulines en chocolat et une tarte au sucre croulant sous une montagne de pommes), des salades repas et des plats d’inspiration exotique. «L’offre, en cuisine, à la télévision, est très gastronomique, a précisé Alexandra. Nous, on est un outil. Ça se complète bien!» Et il n’y a pas que Cuisine futée… qui occupe Alexandra et Geneviève ; les deux femmes viennent d’être nommées ambassadrices d’IGA et pondront bientôt une chronique commune dans le magazine Châtelaine, portant sur leur vie de mamans. Elles donnent des conférences dans les écoles, les CPE et les rassemblements gastronomiques. Elles n’excluent pas la possibilité de publier un deuxième tome du livre Cuisine futée…, alors que le premier cartonne encore en magasins, un an après sa sortie. Dans leurs temps libres, les deux copines assouvissent leur passion pour les voyages. On peut suivre toutes leurs activités sur leur site, alexetgen.com, un portail où elles jasent de divers sujets qui leur tiennent à cœur.

INOLTRE SU HUFFPOST

Rentrée 2014 à TVA