POLITIQUE

Garderies en milieu familial: des moyens de pression dès le 1er septembre

01/09/2014 06:08 EDT | Actualisé 01/09/2014 06:08 EDT
Shutterstock

Des éducatrices de services de garde en milieu familial du Québec exerceront des moyens de pression à compter d'aujourd'hui.

Une soixantaine de services de garde vont réduire leurs heures d'ouverture d'une minute par jour, de façon cumulative. Il s'agit surtout d'un moyen de pression symbolique, qui ne devrait pas avoir d'impacts réels sur les services aux parents.

Les éducatrices membres de l'Association des éducatrices en milieu familial, affiliée à CSN, veulent ainsi dénoncer la lenteur des négociations avec le gouvernement concernant le renouvellement de leur convention collective.

Le contrat de travail est échu depuis novembre 2013. Les négociations achoppent principalement sur les conditions de travail.

Les éducatrices souhaitent être reconnues comme des travailleuses autonomes plutôt que comme des employées salariées, comme c'est le cas actuellement. Elles réclament également d'être payées pour un plus grand nombre d'heures par semaine que leurs consoeurs des Centres de la petite enfance parce qu'elles disent travailler 50 heures par semaine plutôt que 35, comme c'est le cas en CPE.

Les responsables des garderies en milieu familial veulent aussi avoir un droit de regard plus grand sur l'organisation du temps de travail.

Environ 14 000 responsables de garderies en milieu familial, cette fois affiliées à la Centrale des syndicats du Québec, avaient tenu une journée de grève, le 7 juillet dernier.

Les deux groupes de syndicats doivent rencontrer le gouvernement, séparément, pour une séance de négociations la semaine prochaine.


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?

INOLTRE SU HUFFPOST

10 trucs pour des enfants plus obéissants