DIVERTISSEMENT

FME 2014 – Jour 4: Une clôture toute en beauté

01/09/2014 07:05 EDT
Christian Leduc

Pour la journée de clôture du Festival de musique émergente d’Abitibi-Témiscamingue, on a encore eu droit à une programmation de feu. Déjà, une petite nostalgie commençait à pointer le bout de son nez: l’événement de quatre jours a passé à une rapidité folle! Avec presque une centaine de spectacles programmés en si peu de temps, les festivaliers n’ont pas eu une seconde pour s’ennuyer. Tour d’horizon de la dernière journée.

David Marin

C’est dans le charmant café-bar l’Abstracto que s’est produit David Marin hier en formule 5 à 7. Un mot pour décrire la prestation? Allons-y avec deux: très sympathique. L’auteur-compositeur-interprète a le spectacle dans le sang et la langue bien loin de sa poche. Avec ses chansons pop-folk aux paroles un peu joueuses – quelle belle plume – Marin a conquis le public sans aucune difficulté.

S’il a débuté son tour de chant avec des extraits un peu plus doux de ses deux efforts, À côté d’la track (2008) et Le choix de l’embarras (2013), tels que Rêve avec moi, Étoile de mer et Mes dépendances, Marin a vite eu envie de plus d’action. « J’ai fini les tounes plus calmes. Ok, go! » Et hop, l’artiste a enchaîné les chansons plus rentre-dedans de son répertoire comme Rest Area et À l’abri du tempo. Si certaines pièces de Marin perdent quelques jolies notes en spectacle, elles gagnent définitivement en énergie. En tout et pour tout, un spectacle très réussi et surtout, très applaudi.

Laetitia Shériff

C’est en allant se sustenter chez Morasse vers 19h15 – avis aux amateurs de poutine: c’est l’endroit incontournable de la ville – qu’on a vu passer l’alerte au spectacle secret: Laetitia Shériff allait jouer dans le stationnement du casse-croûte dans moins d’une quinzaine de minutes. Parfait!

19h30: les premières notes résonnent. Test de son? Début du spectacle? Après quelques essais infructueux, les musiciens ont enfin salué la foule massée devant eux. Discrète, Shériff a présenté ses chansons rock un peu sombres. La chanteuse-bassiste ne réinvente peut-être pas la roue, mais elle apporte un son intéressant qu’il faudra explorer lors de la sortie de son prochain album, Pandemonium, Solace and Stars en octobre prochain.

Laurence Hélie

À 20h pile, Laurence Hélie a entamé le spectacle de clôture du FME. L’Agora des Arts, totalement bondé dans les trois premiers jours du festival, était plus raisonnablement rempli hier soir. C’est dans une ambiance plus calme – qui se prêtait bien à la musique folk pop de l’artiste-compositrice-interprète – qu’Hélie a entonné les premières notes de sa courte prestation.

Visiblement très excitée, elle a annoncé candidement au public sa joie de jouer avant Daniel Bélanger: « Quand j’étais petite et que j’écoutais sa musique, jamais je n’aurais cru faire sa première partie un jour! Je suis très contente d’être ici! Merci FME! »

Son enthousiasme contagieux s’est répandu dans la foule: ça tapait du pied et ça dodelinait de la tête au son des extraits de ses albums Laurence Hélie (2010) et À présent le passé (2013). Soulignons particulièrement l’interprétation de Rivière – mais quelle excellente chanson – et Fille western et chasseur de primes. Apaisant et entraînant à la fois, si c’est possible.

Owen Pallett

Vers 20h45, place à Owen Pallett. Celui qui a joué avec Arcade Fire pas plus tard que la veille au Parc Jean-Drapeau semblait plutôt fatigué – avec raison. Sur scène, le prodigue du violon – qui est également compositeur, claviériste et chanteur – a attaqué seul sa discographie très fournie. Impressionnant de le voir jongler entre plusieurs instruments tout en maîtrisant parfaitement sa voix! Pourtant, le souffle du début s’est tari après quelques pièces. Semblant avoir de la difficulté à suffire à la tâche, il a soudainement tout arrêté: « Je suis en train de tout gâcher, je suis tellement fatigué. Mais je peux arranger ça! »

Sous les encouragements du public, il a repris cette fois sans faillir sa musique pop-électro-orchestrale hyper-complexe et sophistiquée. Vite rejoint par un batteur et un guitariste, celui qui a été nominé aux Oscars 2014 pour la bande originale du film Her a repris contenance. C’est avec brio, salué entre chaque chanson par une ovation debout (rien de moins), que Pallett a terminé sa performance. Superbe, vraiment.

Après le spectacle de Daniel Bélanger, les spectateurs ont pu aller profiter de la Nuit Métal au Petit Théâtre du Vieux Noranda. Au programme? Sightline, Ghoulunatics et Misery Index. C’est Ought qui a eu l’honneur de présenter le dernier spectacle de la soirée.

Toute bonne chose a une fin: la 12ème édition du FME aussi. C’est visiblement le cœur un peu lourd, mais les oreilles remplies de sonorités extraordinaires, que les festivaliers se sont dit à l’année prochaine. C’est (déjà) un rendez-vous!

FME 2014 - Jour 4