NOUVELLES

Défense antimissile: les États-Unis font des appels du pied au Canada

01/09/2014 03:02 EDT | Actualisé 01/11/2014 05:12 EDT

PETERSON AIR FORCE BASE, États-Unis - Des responsables militaires américains ont donné un peu plus d'informations à propos d'une éventuelle contribution canadienne au programme de défense antimissile, si Ottawa décidait de s'y joindre après une décennie passée sur les lignes de côté.

Plusieurs conversations avec d'importants officiers américains pointent vers une demande commune: des senseurs multifonctions installés dans l'Arctique canadien pour débusquer bien plus que des missiles balistiques intercontinentaux. Ces systèmes à la fine pointe de la technologie pourraient ainsi suivre des navires, des avions et de petits missiles de croisière, en plus de tout autre engin de grande taille lancé par la Corée du Nord ou un autre État voyou.

Cela signifie que le système de défense antimissile ayant généré tant de débat au pays au cours des années pourrait éventuellement n'être qu'une seule partie de la relation militaire bilatérale entre les deux nations.

Le commandement militaire américain sait que le débat a été relancé à Ottawa, neuf ans après que la pression politique interne eut poussé le gouvernement de Paul Martin à passer son tour. Ces officiers du pays de l'Oncle Sam pèsent prudemment leurs démarches publiques, craignant d'être perçus comme s'immisçant dans la politique canadienne.

Aux dires du général américain Charles Jacoby, qui est à la tête du NORAD — la défense aérospatiale canado-américaine —, puisque l'horizon arctique est un endroit d'où pourraient provenir les missiles, des radars de nouvelle génération pourraient y être installés afin de remplacer les systèmes actuellement en place.

De leur côté, des responsables canadiens soulignent que le message fut le même en privé, l'armée américaine ayant fait connaître ses désirs. Pour le brigadier-général Matt Molloy, l'officier américain supervisant l'unité de défense antimissile sous le général Jacoby, un nouveau partenariat sur la défense contre les missiles balistiques «ouvrirait la porte à toutes sortes de conversations» sur la coopération entre Ottawa et Washington.

PLUS:pc