NOUVELLES

La lutte contre l'Ebola au Sénégal, une urgence de premier ordre pour l'OMS

31/08/2014 02:40 EDT | Actualisé 31/10/2014 05:12 EDT

DAKAR, Sénégal - Les efforts pour contenir le virus Ebola au Sénégal sont «une urgence de premier ordre», a déclaré l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dimanche, alors que le gouvernement tentait toujours de retracer toutes les personnes ayant été en contact avec l'étudiant guinéen testé positif au virus dans la capitale, Dakar.

Le Sénégal éprouve un «urgent besoin» d'appui et de fournitures médicales, notamment des trousses d'hygiène et de l'équipement de protection pour les professionnels de la santé, affirme l'OMS dans un communiqué.

L'OMS a fourni de nouvelles informations sur les déplacements de l'étudiant de 21 ans avant que son état de santé soit connu des autorités.

Le Sénégal a confirmé que le jeune homme avait été testé positif vendredi, devenant le cinquième pays d'Afrique de l'Ouest touché par la fièvre hémorragique qui a fait plus de 1500 morts dans la région depuis le début de l'année.

L'étudiant s'est présenté dans un hôpital de Dakar le 26 août, mais il n'a pas révélé qu'il avait été en contact avec d'autres victimes de l'Ebola, selon la ministre sénégalaise de la Santé, Awa Marie Coll Seck.

Le lendemain, une équipe de surveillance épidémiologique en Guinée voisine a alerté les autorités sénégalaises après avoir perdu la trace d'une personne suivie trois semaines plus tôt, soupçonnant que cette personne pourrait avoir franchi la frontière du Sénégal.

L'étudiant a été retracé le même jour dans un hôpital de Dakar, où il a été immédiatement placé en quarantaine, a indiqué Mme Seck. Les tests ont ensuite montré qu'il était porteur du virus Ebola.

Dans son communiqué publié dimanche, l'OMS indique que l'étudiant est arrivé à Dakar par la route le 20 août et qu'il résidait avec des proches «en périphérie de la ville».

Le 23 août, le jeune homme s'est présenté dans une clinique médicale parce qu'il souffrait de fièvre, de diarrhée et de vomissements, tous des symptômes de l'Ebola.

Les autorités médicales ne sachant pas qu'il avait été en contact avec d'autres malades de l'Ebola, il a été traité pour le paludisme et a continué de séjourner avec ses proches avant de se présenter à l'hôpital le 26 août.

«Même si l'enquête n'en est qu'à ses débuts, nous pensons présentement qu'il ne s'est pas rendu ailleurs», a indiqué l'OMS, en s'appuyant sur les informations du ministère sénégalais de la Santé.

La présence du virus Ebola au Sénégal, une importante plaque tournante du tourisme et du transport en Afrique de l'Ouest, risque de compliquer les efforts pour freiner la propagation de la maladie. Le pays a déjà fermé ses frontières terrestres avec la Guinée, où l'épidémie a commencé, et suspendu ses liaisons maritimes et aériennes avec la Sierra Leone et le Liberia pour tenter d'éviter que le virus ne s'introduise sur son territoire.

Les autorités sénégalaises ont isolé la maison où résidait l'étudiant guinéen, de même que la clinique où il s'est rendu avant d'aller à l'hôpital.

Le patient se portait bien dimanche et sa fièvre avait disparu, selon le médecin qui supervise son cas, le docteur Gallaye Ka.

PLUS:pc