DIVERTISSEMENT

FME 2014 – Jour 3: Tonne de bonne musique sous le déluge

31/08/2014 12:05 EDT
Thomas Dufresne

Samedi, mi-chemin du FME 2014. Le mur selon certains: voir une dizaine de spectacles par soir, ça peut devenir étourdissant. Malgré la pluie (très) battante et le temps morose, les festivaliers n’ont pas perdu une once d’énergie. C’est que le samedi présentait la programmation la plus luxuriante avec plus d’une trentaine de prestations! Retour sur les points forts.

Secret Sun

La journée a commencé en force par un 5 à 7 au Cachottier, excellent restaurant de cuisine fusion. Il faut dire que les gens présents ont eu à faire un choix difficile: entre Les Hay Babies, Clément Jacques, Laetitia Shériff et autres qui jouaient à la même heure, la compétition était féroce. Plusieurs spectateurs ont même tenté le pari d’assister à deux ou trois prestations: c’est ça le FME!

Alors, pourquoi Secret Sun? Parce que ce duo pop alternatif charme, emporte. Hier, c’est au premier album complet qu’on a eu droit. Primeur, puisque l’opus Cold Coast ne sera en magasin que le 30 septembre sous l’étiquette Bonsound. Ça sonne comment? Un peu eighties, vaguement vintage. Si on devine que cette musique planante de Simon Landry et Anne-Marie Campbell s’écoute sûrement mieux dans une ambiance plus intime, calme, on a pu apprécier le talent des musiciens sur scène. Une prestation qui a très bien débuté ce jour 3 du FME!

Philémon Cimon

Direction l’Agora des Arts pour le spectacle de Philémon Cimon à 20h. La salle avait encore et toujours des airs de sauna hier, mais les fans de l’auteur-compositeur-interprète ne se sont pas laissé démonter. Et ça cadrait bien avec la musique plutôt exotique de Cimon, qui a été inspirée de ses voyages à Cuba, Italie, France et autres. Explorateur dans l’âme, avec une forte tendance à trouver du beau et du bon partout, Philémon Cimon a donné naissance aux Sessions cubaines (2010) et à L’été (2014).

Celui qui s’est d’abord fait connaître sous le nom Philémon Chante avant de passer à Philémon Cimon n’a peut-être pas une voix du tonnerre – elle est plutôt tremblotante et à côté de la note juste -, mais il compense par une ambiance très introspective. Sans discontinuer, il a offert avec talent les pièces pop-rock de ses deux albums. Un beau moment musical, très enveloppant.

Philémon Cimon - Au cinéma from Audiogram on Vimeo.

Martin Lizotte

C’est ensuite Martin Lizotte qui est venu nous présenter ses Pianolitudes. Véritable baume pour l’énergie des festivaliers possiblement fatigués, les compositions du claviériste sont venues apporter un certain calme avant le reste de la tempête musicale de la soirée. Dos au public, accompagné de son acolyte Mathieu Désy, Lizotte a offert une superbe prestation. Pas une fausse note, pas un son de travers: ça allait par-là, emportant les spectateurs. Excellent.

Martin Lizotte | Pianolitudes | Repetition teaser from Gabriel Aldama on Vimeo.

Les Deuxluxes

Si certains festivaliers se sont réfugiés à l’Espace lounge Hydro-Québec dans le but d’éviter le déluge, d’autres l’ont affronté pour aller voir la prestation de Les Deuxluxes dans un garage de la 7ème rue. La foule impressionnante ne s’est pas fait prier pour s'agiter sur les rythmes fous du duo montréalais formé par Étienne Barry et Anna Frances Meyer.

En pleine forme, le groupe rock - qui peut faire penser à feu White Stripes - a lancé les pièces de son EP Traitement Deuxluxes EP, un enregistrement qui semble carrément d’un autre temps. À travers On the Road, I’m in Love et Tell Heaven, les artistes ont réussi à confirmer l’évidence: ils rockent vraiment. Et que dire de la voix de Meyer? Exceptionnelle. Un talent à suivre absolument.

Le Trouble

Quelle bête de scène que le chanteur du groupe Le Trouble! L’énergie de la formation pop-rock, qui a offert ses pièces un brin frénétiques – tirées de leur premier album Reality Strikes (2013) - vers minuit au Cabaret de la Dernière Chance, détonnait presque avec le calme de l’assistance. Sans hésiter, le leader du groupe a lancé aux spectateurs: « Ne me laissez pas m’agiter comme ça tout seul, j’ai l’air fou! Dansez avec moi! »

Et hop, ce petit encouragement a porté fruit: le spectacle a donné un coup de fouet à la soirée, revigorant les festivaliers pour les autres prestations qui les attendaient un peu partout sur le site. Parfait, puisque la soirée s’est terminée (très tard) sur une note électro avec les prestations de Millimetrik, The Hacker et Surfing.

Déjà, le FME tire à sa fin: en cette dernière journée, on surveille de près les nombreux 5 à 7 – Mentana, Our Book & The Authors, David Marin, etc – et surtout, le spectacle de clôture avec Laurence Hélie, Owen Pallett et Daniel Bélanger.

FME 2014 - Jour 3