DIVERTISSEMENT

FME 2014 - Jour 2: Blood and Glass, The Feather, Fontarabie, Louis-Philippe Gingras...

30/08/2014 11:59 EDT
Thomas Dufresne

Vendredi, jour 2 du FME 2014. Les mines étaient peut-être un peu plus fatiguées, mais tout de même toujours aussi réjouies à l’idée des spectacles incontournables qui se préparaient. Blood and Glass, The Feather, Fontarabie, Louis-Philippe Gingras, Docteur V, Red Mass, etc: les spectateurs en ont eu pour la peine!

Blood and Glass: un univers à part entière

Vers 20h, Blood and Glass s’est emparé de la scène de l’Agora des Arts. Groupe rock expérimental aux accents électro mené par la vibrante Lisa Iwanycki, Blood and Glass est sensible, fébrile.

Sur scène, l’auteure-compositrice-interprète a présenté ses chansons grâce à des narrations plutôt personnelles. Si on comprend l’effet introspectif voulu, on ne peut malheureusement que conclure que ce n'était pas très efficace. Côté musical, rien à redire: musique un brin sombre, super bien menée, efficace. Iwanycki habite la scène d’une manière assez unique: danse, poses, mimiques… Hier, tout y était pour créer un univers propre à sa musique.

Mentionnons la présence au clavier de François Lafontaine (il est partout!), qui a vraiment volé le spectacle. L'inviter sur scène est presque devenu un gage de moment musical hypnotisant. Collaboration de toute beauté.

The Feather: entre sonorités inquiétantes et mélodies lumineuses

Groupe de la Belgique venu en Abitibi expressément pour le FME, il a présenté sa musique indie-folk qui vise juste. Très juste. Projet de Thomas Médard, The Feather peut rappeler Bon Iver et même Leif Vollebekk. Ce qu’elle a de spécial, cette musique? Un alliage quasi-parfait de sonorités inquiétantes et de mélodies lumineuses. Léger, mais profond: qui dit mieux?

Dynamiques, en phase, les musiciens avaient clairement autant de plaisir que les chanceux qui assistaient à leur prestation. The Feather tire son épingle du jeu, certainement.

Fontarabie: tout simplement planant

C’est ensuite Fontarabie, le projet de Julien Mineau (Malajube), qui a envahi la scène. Accompagné de sept musiciens, l’artiste a offert une prestation impeccable. Discret, il s’est adressé quelque fois à la foule : « Merci d’être là! » Enthousiastes, les spectateurs ont écouté avec attention les pièces sombres, presque hantées, de ce premier effort solo. Cette musique, composée à l’écart du monde, est très évocatrice. Suffit de se laisser aller à son aspect planant, presque atmosphérique. Impressionnant.

Louis-Philippe Gingras: folk-country-swing-hawaïen sous la pluie

La pluie s’est mise de la partie vers 23h, juste à temps pour le spectacle surprise de Louis-Philippe Gingras à l’Espace lounge Hydro-Québec. Accompagné par Dany Placard à la guitare et Mathieu Vézio à la batterie, l’auteur-compositeur-interprète abitibien – revenu au bercail pour l’occasion - a fait fi du mauvais temps.

À coups de Fortune Cookie, Gatorade et de Branche à saucisse- pièces mi- absurdes mi- humoristiques tirées de son EP Salut Man (juin 2012) et Traverser l’parc (octobre 2013), Gingras a su créer une ambiance de party assez mémorable. Ça riait, ça criait, ça sautait au son des chansons folk-country-swing-hawaïen (de la propre description de l’artiste).

Le mauvais temps a même ajouté au côté échevelé, sympathiquement tout croche du spectacle. Placard s’est même écrié avant la dernière chanson : « Merci la pluie! Ça ajoute un petit quelque chose, non? » C’est ça le FME: musique avant tout!

Docteur V: petit coup de fouet

Après cette bonne dose de folk, petite promenade dans les ruelles abitibiennes. Au loin, on pouvait apercevoir une petite foule danser sa vie. Mais qu’est-ce que? Docteur V, c’est ce qu’il y avait. En résidence au Cabaret de la Dernière Chance, le groupe offre des prestations tout au long du FME dans la ruelle attenante à la salle de spectacle.

Avec son mélange de folk, métal et punk gitan, la formation ajoute une belle touche à la programmation. Dynamiques, intenses, visiblement contents d’être là, les gars n'ont pas arrêté une seconde. Une belle surprise! Il faut dire que c’est un des plaisirs de ce festival: se promener dans les rues et ruelles autour du site pour découvrir des spectacles impromptus.

Red Mass: l'expérimentation à l'état pur

Après quelques minutes sous la pluie battante, petite visite au Cabaret de la Dernière Chance pour voir ce qu’il s’y passait de bon. C’est la musique béton de Red Mass qui nous a accueillis. Groupe de rock psychédélique qui compterait plus d’une soixantaine de membres - dont Roy « Choice » Vucino (CPC Gangbang, PyPy) -, Red Mass est en fait un espace de création, autant musical que visuel. Cet alliage de plusieurs visions et idées permet une liberté et un renouvellement musical très fécond.

Hier soir, ils étaient quatre sur scène. Transporté par leur musique aux allures punk, le public ne s’est pas fait prier pour s’agiter sur les rythmes lourds de la formation. Une prestation très énergique – Pucino a même accidentellement endommagé le plafond à force de sautiller – qui a laissé sa marque. Groupe à suivre pour sa fougue, mais surtout pour sa démarche artistique qui sort vraiment de l’ordinaire.

Alors ce jour 2 du FME, à la hauteur? Absolument! À travers les prestations d’Antoine Corriveau, Les Hay Babies, Bernhari et de nombreux autres, il a fallu faire face à des choix déchirants. Ce samedi, c’est entre PyPy, Secret Sun, Propofol, Philémon Cimon, Arthur H, Eman X Vlooper , Le Trouble et des tonnes de talents que ça se joue. Qui va se démarquer? La réponse demain!

FME 2014 - Jour 2