NOUVELLES

L'Ukraine veut des armes de l'Otan, mais pas de troupes (ambassadeur)

29/08/2014 09:12 EDT | Actualisé 29/10/2014 05:12 EDT

L'Ukraine aimerait recevoir des armes de l'Otan, mais n'attend pas de l'Alliance qu'elle envoie des troupes combattre les séparatistes prorusses à ses côtés, a affirmé vendredi son ambassadeur.

"Ce dont nous avons besoin, c'est de plus d'aide, y compris militaire. Il est clair que l'Otan ne peut pas nous aider avec des troupes, et nous n'en attendons pas tant des Etats membres", a déclaré Ihor Dolhov, chef de la délégation ukrainienne auprès de l'Otan, après une réunion de la commission Otan-Ukraine.

"Nous n'envisageons pas cela en tant qu'option pour le moment", a-t-il ajouté. "Nous pouvons assurer notre propre protection, mais nous avons besoin de l'aide" des Alliés "pour arrêter l'agression" de la Russie et "pour appeler le président (Vladimir) Poutine à faire la paix".

Les Etats membres de l'Otan n'ont "malheureusement" pas fourni d'armes à l'Ukraine, a regretté M. Dolhov. "Nous voulons" des armes, a-t-il insisté.

Au sommet de l'Otan des 4 et 5 septembre au Pays de Galles, la création de quatre fonds de soutien devrait être décidée pendant une réunion à laquelle le président ukrainien Petro Porochenko sera présent. M. Dolhov a espéré que cela donnerait "des résultats pratiques". "En ce qui concerne la logistique, nous avons non seulement besoin de conseils mais aussi quelque chose de concret comme des logiciels par exemple", a-t-il dit.

Les 28 Etats membres de l'Otan se sont réunis d'urgence vendredi matin à propos de la situation en Ukraine, l'Alliance atlantique ayant évalué jeudi à "plus de mille" le nombre des soldats russes combattant dans l'est de l'Ukraine aux côtés des séparatistes et à 20.000 le nombre de ceux massés le long de la frontière.

Les ambassadeurs se sont ensuite réunis avec leur homologue ukrainien, peu de temps après l'annonce par le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, d'un projet de loi destiné à annuler le statut de non-appartenance de l'Ukraine aux blocs et à revenir sur la voie de l'adhésion à l'Otan.

Selon M. Dolhov, le Parlement dissous peut s'en saisir avant les élections du 26 octobre. "Ce Parlement va continuer à travailler (...) c'est le Parlement légitime jusqu'à ce qu'une nouvelle assemblée soit élue", a-t-il souligné.

axr/jlb/bds

PLUS:hp