NOUVELLES

L'Otan appelle Moscou à "cesser ses actions illégales" et ne ferme pas la porte à une adhésion de l'Ukraine

29/08/2014 07:46 EDT | Actualisé 29/10/2014 05:12 EDT

L'Otan a appelé vendredi la Russie à "cesser ses actions militaires illégales" en Ukraine, et n'a pas fermé la porte à une adhésion de Kiev à l'Alliance.

Dénonçant une "grave escalade de l'agression militaire russe", le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a "condamné dans les termes les plus forts le mépris permanent de la Russie envers ses obligations internationales".

"Nous appelons la Russie à cesser ses actions militaires illégales, à arrêter son soutien aux séparatistes armés et à prendre les mesures immédiates et vérifiables en faveur d'une désescalade", a-t-il déclaré à l'issue d'une réunion d'urgence au niveau des ambassadeurs de l'Alliance, suivie par une réunion avec leur homologue ukrainien.

"Malgré les démentis de Moscou, il est désormais clair que des troupes et des équipements russes ont illégalement franchi la frontière dans l'est et le sud-est de l'Ukraine. Cela ne constitue pas une action isolée mais fait partie d'un comportement dangereux depuis plusieurs mois pour déstabiliser l'Ukraine en tant que nation souveraine", a accusé M. Rasmussen.

Il affirme que les "forces russes sont engagées dans des opérations militaires directes en Ukraine". "La Russie continue de fournir aux séparatistes des chars, des véhicules armés, de l'artillerie et des lance-roquettes. La Russie a tiré sur l'Ukraine à la fois à partir du territoire russe et à partir de l'Ukraine elle-même", a ajouté le responsable de l'Otan.

"Plus encore, la Russie continue de maintenir des milliers de soldats prêts au combat près des frontières ukrainiennes", ce qui constitue un "défi à tous les efforts diplomatiques en faveur d'un règlement pacifique". L'Otan a indiqué jeudi que quelque 20.000 militaires russes étaient massés le long de la frontière russo-ukrainienne.

Interrogé sur la volonté de l'Ukraine de relancer le processus d'adhésion à l'Otan, M. Rasmussen a "rappelé la décision prise en 2008 (...) par l'Otan selon laquelle l'Ukraine deviendrait un Etat membre", si ce pays le souhaitait et s'il "remplissait les conditions nécessaires".

"L'Ukraine avait décidé de poursuivre une politique de non alignement", a-t-il souligné, ajoutant : "Nous respectons pleinement l'éventuelle décision du Parlement ukrainien de modifier cette politique" car nous "adhérons au principe selon lequel chaque pays a le droit de prendre lui-même ses décisions, sans ingérence extérieure".

Le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, a déclaré vendredi que le gouvernement allait soumettre au Parlement "un projet de loi visant à annuler le statut" de maintien de l'Ukraine hors des blocs et à "revenir sur la voie de l'adhésion à l'Otan".

axr-jlb/bds

PLUS:hp