NOUVELLES

Londres rehausse son niveau de menace terroriste

29/08/2014 10:03 EDT | Actualisé 29/10/2014 05:12 EDT

LONDRES - Le Royaume-Uni a relevé vendredi son niveau d'alerte de sécurité de substantiel à grave, ce qui signifie qu'une attaque terroriste est jugée très probable.

La secrétaire de l'Intérieur, Theresa Mays, a dit que cette décision découle de la situation en Irak et en Syrie, mais qu'aucune information ne permet de croire qu'un attentat soit imminent.

Certains complots pourraient toutefois impliquer des militants qui ont combattu au Moyen-Orient avant de rentrer en Europe.

«Le Royaume-Uni est menacé de façon concrète et grave par le terrorisme international, a dit Mme Mays. Je demande à la population de demeurer vigilante et de rapporter toute activité suspecte à la police.»

Le premier ministre David Cameron a indiqué qu'il présentera de nouvelles lois pour combattre le terrorisme, estimant que la menace extrémiste est plus grave que jamais.

Il a lancé aux journalistes que si les talibans afghans avaient permis à Al-Qaïda d'opérer, le groupe État islamique, en revanche, constitue un «État gouverné par des terroristes».

«Nous pourrions être confrontés à un État terroriste sur les rives de la Méditérranée ou partageant une frontière avec l'OTAN», a-t-il prévenu.

Mme Mays a ajouté que la décision du Joint Terrorism Analysis Center est basée sur des renseignements et qu'elle est prise indépendamment du gouvernement. Le niveau «sévère» est le deuxième en importance sur une échelle qui en compte cinq.

Un terroriste d'origine britannique pourrait avoir décapité le journaliste américain James Foley. La police britannique dit avoir arrêté quelque 70 personnes depuis le début de l'année pour des activités terroristes comme le financement ou la formation. Ces arrestations seraient cinq fois plus fréquentes qu'en 2013.

Les services de sécurité et de renseignement estiment désormais qu'environ 500 Britanniques sont allés combattre en Syrie et possiblement en Irak.

Le premier ministre a évoqué la possibilité de mesures pour le retrait de passeports de certaines personnes. Il a affirmé que d'autres mesures seraient présentées au Parlement, lundi.

Le Royaume-Uni souhaite aussi ressusciter une directive pour permettre aux services de sécurité et à la police de partager les informations sur les voyageurs dans l'Union européenne. Les inquiétudes sur les droits civils ont freiné les mesures au Parlement européen.

«Les racines de cette menace à notre sécurité sont claires, a dit M. Cameron. Il s'agit d'une idéologie empoisonnée d'extrémisme islamiste qui est condamnée par les leaders de toutes les croyances.»

PLUS:pc