NOUVELLES

L'ex-enseignante Tania Pontbriand: peine de 38 mois pour agression sexuelle

29/08/2014 11:29 EDT | Actualisé 29/10/2014 05:12 EDT

GATINEAU, Qc - L'ex-enseignante Tania Pontbriand, coupable d'agression sexuelle sur l'un de ses étudiants de 15 ans, a pris vendredi le chemin de la prison.

Condamnée à trois ans et demi d'emprisonnement, soit 38 mois, elle en passera 20 derrière les barreaux.

Car vendredi matin, au palais de justice de Gatineau, la femme de 43 ans a reçu une peine de 18 mois d'emprisonnement pour avoir touché à des fins sexuelles une personne vulnérable et l'avoir incitée à la toucher alors qu'elle était une personne en autorité. Elle a aussi écopé de 20 mois pour le chef d'accusation d'agression sexuelle.

Comme elle pourra purger les deux peines en même temps, elle se trouvera à passer 20 mois en prison.

Le juge Valmont Beaulieu a refusé qu'elle puisse purger sa peine dans la communauté, comme elle le demandait.

«Après avoir longuement soupesé les conséquences qu'une peine de détention dans un centre de détention créera dans le milieu familial, le tribunal est convaincu que dans la présente affaire se retrouve la nécessité de dénoncer qui est si pressante que l'incarcération est la seule peine qui convienne afin d'exprimer la réprobation de la société à l'égard du comportement de l'accusée», écrit le juge, dans sa décision de 65 pages.

Selon le juge, on ne compte plus le nombre d'adolescents qui s'amourachent d'un professeur ou d'un entraîneur et il faut absolument les protéger.

L'ex-enseignante aura une probation de deux ans et sera aussi inscrite au registre des délinquants sexuels.

Visiblement atterrée par le prononcé de la peine, la femme a demandé vendredi au juge si sa période de détention pouvait débuter dans sept jours et qu'elle se livrerait elle-même aux autorités. Elle a dit vouloir passer un peu de temps en famille, avec ses enfants, avant de se rendre en prison.

Le juge a refusé, se disant lié par la loi, qui prévoit qu'une peine doit débuter immédiatement. Tania Pontbriand devait donc se rendre le jour même à la prison Tanguay à Montréal.

Durant la lecture du prononcé de la peine, la femme, qui était vêtue sobrement d'un tailleur pantalon noir et d'une chemise blanche, était visiblement très nerveuse.

Peu avant d'entrer dans la salle de cour, elle n'avait pas voulu parler.

«Je n'ai pas de commentaires», a-t-elle dit calmement.

Plusieurs amis et membres de la famille l'accompagnaient au palais de justice. Dans la salle, deux femmes assises à ses côtés lui tenaient chacune une main. Crispée, l'ancienne enseignante écoutait le juge avec attention et a essuyé quelques larmes lorsqu'il lisait des extraits de gens qui avaient écrit qu'elle est une mère dévouée, une amie et une professeure appréciée.

De nombreuses personnes, dont ses parents et ceux de son conjoint, avaient témoigné que les deux jeunes enfants de la femme seraient aussi punis si leur mère est détenue.

«Le cri du coeur de ces deux grands-mères: 'il ne faut pas priver ces enfants de leur mère' est encore présent aux oreilles du tribunal», écrit le juge Valmont Beaulieu, qui manifestement en a tenu compte.

Malgré cela, il a jugé que la prison était la peine appropriée.

«Les tribunaux ont aussi le devoir, par le prononcé de leurs peines, de rappeler le consensus social existant dans la communauté canadienne: les professeurs de nos adolescents à qui les parents les confient, doivent instruire, éduquer et léguer de bonnes valeurs et n'ont pas pour fonction de les initier à la vie sexuelle et d'exploiter leur manque de maturité», écrit-il, avant de parler de «violence psychologique» envers le jeune homme.

Une peine moins sévère ne peut être rendue parce que la victime est un jeune homme et l'accusée une femme, a prévenu le juge. «Agir autrement serait discriminatoire et injuste envers les adolescents», qui souffrent aussi de pareils abus.

Selon l'avocate de Tania Pontbriand, Hanan Mrani, «le juge a manqué une belle occasion d'accorder un sursis».

La procureure de la Couronne, Caroline Lafleur, était de son côté satisfaite, soulignant que le juge avait suivi ses recommandations pour la peine.

Tania Pontbriand avait été déclarée coupable en janvier dernier.

Les faits pour lesquels elle a été condamnée sont survenus de 2002 à 2004, alors qu'elle enseignait l'éducation physique et le leadership dans une école anglophone de Rosemère, dans les Laurentides. Les actes reprochés ont continué après qu'elle eut cessé d'être l'enseignante de la victime.

Lors des premières relations intimes, elle avait 32 ans et le garçon n'en avait que 15. Il a témoigné avoir subi des séquelles, notamment avoir été dépressif et avoir abandonné l'école pendant un moment.

L'ancienne enseignante a déjà porté en appel sa déclaration de culpabilité. Elle pourrait aussi contester la peine au même moment.

PLUS:pc