NOUVELLES

Les efforts contre le terrorisme au pays sont déficients, dit un imam de Calgary

29/08/2014 05:30 EDT | Actualisé 29/10/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Un imam de Calgary a affirmé que les agences de sécurité du Canada avaient échoué dans leurs efforts contre la radicalisation des jeunes dans la communauté musulmane.

La déclaration de l'imam Syed Soharwardy est survenue après que le réseau anglais de Radio-Canada eut identifié les frères de Calgary Collin et Gregory Gordon comme deux autres jeunes hommes ayant récemment quitté le Canada pour joindre les combattants de l'État islamique en Syrie.

M. Soharwardy, qui représente les groupes Musulmans contre le terrorisme et Conseil suprême islamique du Canada, a dit croire vendredi que le gouvernement fédéral devait accentuer ses efforts pour contrer la radicalisation et le recrutement de jeunes Canadiens par des groupes extrémistes islamistes. Et il a fait valoir que les gens s'étant mêlés à des éléments radicaux en Syrie et en Irak devraient être suivis de près par la police dès leur retour au pays.

Le même jour, le ministère de la Sécurité publique a dévoilé le rapport annuel sur la sécurité nationale du gouvernement fédéral, avec comme thème dominant le spectre du terrorisme en sol canadien.

Le terrorisme demeure la menace principale à la sécurité nationale, a conclu le rapport, insistant sur le besoin de travailler avec les communautés pour contrer les efforts insidieux de recrutement en sol canadien.

Selon le document, le gouvernement est au fait d'environ 80 personnes qui sont revenues au Canada «après avoir voyagé à l'étranger avec des présumés objectifs divers reliés au terrorisme».

Ces gens présentent une menace réelle, a fait valoir M. Soharwardy.

«C'est mon cauchemar, que ceux qui reviendront causent véritablement des problèmes, des problèmes graves pour la communauté musulmane au Canada, de même que pour tous les Canadiens», a exprimé l'imam.

Ils doivent rendre des comptes, a-t-il argué.

M. Soharwardy a salué les conclusions du rapport, mais a critiqué le gouvernement pour ne pas avoir encore fait les efforts nécessaires.

«Une intervention anticipée est requise, et le gouvernement a les ressources et les outils pour procéder», a soutenu l'imam.

«Les communautés, les organisations à but non lucratif, les musulmans font ce qu'ils peuvent avec leurs propres moyens, mais assurément, il revient au gouvernement de soutenir ces activités», a ajouté M. Soharwardy.

Au début de l'année, le gouvernement était au fait de plus de 130 personnes qui étaient à l'étranger et soupçonnées d'activités reliées au terrorisme, indique le rapport. Environ 30 personnes avec des liens au Canada étaient soupçonnées d'activités terroristes en Syrie.

Le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, a affirmé que le rapport montrait que la menace terroriste demeurait une priorité pour le gouvernement fédéral.

«Il poursuit un important dialogue que nous avons amorcé avec les Canadiens et permet de garder les communautés informées à l'égard de cette menace très réelle», explique-t-il par voie de communiqué.

PLUS:pc