NOUVELLES

Les stations de radio et chaînes de télévision auront l'obligation de transmettre les messages d'urgence

29/08/2014 03:47 EDT | Actualisé 29/10/2014 05:12 EDT
Tetra Images via Getty Images

OTTAWA - Les stations de radio, chaînes de télévision et d'autres membres de l'industrie seront bientôt obligés de transmettre les messages d'urgence en provenance de sources officielles.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a annoncé vendredi qu'il voulait s'assurer qu'en cas d'urgence, les Canadiens seront informés rapidement de la situation par des avertissements diffusés à la radio et à la télévision.

Par communiqué, le CRTC a ainsi indiqué que les entreprises de distribution par câble et par satellite, les stations de radio, les stations de télévision en direct et les services de vidéo sur demande seront tenus de commencer à transmettre des messages d'urgence d'ici le 31 mars 2015. Les radiodiffuseurs de campus universitaires, communautaires et autochtones auront quant à eux jusqu'au 31 mars 2016 pour se conformer à cette nouvelle exigence.

La participation au système national d'alertes au public se fait actuellement sur une base volontaire. Le CRTC n'a pas précisé dans son communiqué si cette façon de procéder avait déjà causé des problèmes.

Les messages d'alerte d'urgence sont émis par les responsables de la gestion des urgences, tels que les commissaires des incendies, les policiers et les responsables de la santé publique, afin d'avertir le public des dangers pour la vie et la propriété.

Il peut par exemple être question d'alertes Amber ou d'avertissements concernant des tornades, des incendies de forêt, des inondations, d'une contamination de l'eau ou de désastres industriels.

«En cas d'urgence, on peut diffuser des informations importantes aux Canadiens rapidement à la radio et à la télévision», a expliqué le président du CRTC, Jean-Pierre Blais.

«Nous veillons à ce que les fournisseurs de services de radiodiffusion assument le rôle qui leur revient afin d'augmenter la sécurité de la population canadienne. La décision prise aujourd'hui fait en sorte que les Canadiens aient accès aux messages de sécurité locaux lorsque les autorités émettent des avertissements.»

Les radiodiffuseurs publics les mieux financés par habitant