POLITIQUE

Le Parti libéral du Canada explore actuellement l'idée du vote obligatoire en 2015

29/08/2014 03:07 EDT | Actualisé 29/10/2014 05:12 EDT
CP

OTTAWA - Au moment où les taux de participation aux élections sont de plus en plus bas, des députés libéraux étudient l'idée de rendre le vote obligatoire aux élections fédérales.

Un sondage envoyé par courriel aux membres du parti explore l'idée du vote obligatoire, qui fait partie des «nouvelles idées» proposées par des députés lors de la retraite estivale du caucus, la semaine dernière.

L'ajout du vote obligatoire dans la prochaine plateforme électorale des libéraux n'est pas chose faite. Mais le chef libéral adjoint Ralph Goodale croit que c'est une idée qui mérite d'être étudiée sérieusement, compte tenu de la santé précaire de la démocratie canadienne.

«C'est une notion intéressante qui, je crois, appelle à une réflexion», a avancé M. Goodale en entrevue.

M. Goodale insiste sur le fait que le caucus libéral ne fait que tester les réactions des membres du parti pour le moment. Il a cependant noté que Justin Trudeau a fait de la réforme démocratique un pilier de son leadership et que son programme a été adopté avec enthousiasme par le parti.

«Justin a indiqué qu'il était ouvert à de nouvelles idées, ouvert à aller dans de nouvelles directions si cela rend le pays plus fort», a-t-il souligné.

Le taux de participation aux élections fédérales est passé d'un sommet de près de 80 pour cent en 1958 à un creux record de 58,8 pour cent en 2008, selon Élections Canada. Il a légèrement rebondi en 2011, atteignant 61,1 pour cent.

Une élection partielle tenue dans la circonscription de Fort-McMurray-Athabaska, en juin, a atteint les bas-fonds, alors que seuls 15 pour cent des électeurs se sont déplacés pour voter.

Par contraste, le taux de participation en Australie, où le vote est obligatoire depuis 1924, atteint en moyenne environ 95 pour cent.

Le sondage auprès du caucus libéral survient après la publication d'une analyse, le printemps dernier, par l'un des conseillers principaux de Justin Trudeau, le professeur de l'Université d'Ottawa Robert Asselin, qui proposait l'adoption du vote obligatoire et l'introduction du mode de scrutin préférentiel.

Le sondage appuie la proposition de M. Asselin concernant le vote obligatoire, rappelant que les électeurs désenchantés ou non intéressés pourraient quand même choisir «aucun de ces candidats» et que ceux qui s'abstiendraient de voter ne recevraient qu'une «petite amende».

«Je crois qu'ils prennent l'idée au sérieux, mais c'est un projet qui modifierait grandement notre culture politique», a indiqué M. Asselin en entrevue.

Le professeur admet que le vote obligatoire serait sans aucun doute controversé et pourrait peut-être même être contesté en cour par des électeurs qui jugeront que le refus de voter est un droit fondamental.

M. Asselin croit cependant que ce droit sera préservé puisque les électeurs pourront choisir de ne voter pour aucun des candidats ou annuler leur vote. Une amende de 20 $ —une pénalité semblable à ce qui se fait en Australie — serait surtout symbolique et serait rarement imposée, selon lui.

Si les libéraux adoptent officiellement l'idée, ils se buteront certainement à l'opposition des conservateurs, qui ont déjà aboli le formulaire long du recensement, jugeant que les Canadiens ne devraient pas être forcés de divulguer de l'information personnelle à une agence du gouvernement.