NOUVELLES

Ebola : un traitement appelé ZMapp guérit 18 singes infectés

29/08/2014 04:10 EDT | Actualisé 29/08/2014 04:12 EDT
mfld57/Flickr
Macaque Rhesus (macaca mulatta) Indes, Népal

Un nouveau médicament permet de guérir des singes infectés par le virus Ebola, montre une étude publiée dans la revue Nature et à laquelle ont participé des chercheurs de l'Agence de santé publique du Canada.

Le traitement appelé ZMapp a permis de sauver la totalité des 18 singes rhésus qui avaient été infectés lors de cette expérience. Ces résultats sont d'autant plus prometteurs que les bêtes ont survécu alors que le traitement leur a été injecté jusqu'à cinq jours après que le virus eut été inoculé. Les trois macaques rhésus qui n'avaient pas reçu le ZMapp ont tous succombé à l'infection par le virus Ebola en huit jours.

Ce traitement expérimental doit encore être testé sur les humains, mais les résultats laissent à penser qu'il pourrait devenir une option intéressante pour traiter l'infection liée au virus.

« Cet essai bien conçu chez les primates fournit la preuve la plus convaincante à ce jour que ZMapp peut être un traitement efficace de l'infection à virus Ebola chez l'homme. Il est maintenant essentiel que des essais humains commencent dès que possible. »

— Pr Peter Piot, London School of Hygiene & Tropical Medicine

L'épidémie 2014 qui sévit actuellement en Afrique de l'Ouest met en évidence le manque de vaccins ou d'options de traitement appropriées pour protéger contre l'infection par le virus Ebola.

Ce nouveau traitement post-infection qui a recours à des anticorps monoclonaux (des protéines qui se lient à des protéines étrangères) montre donc des avantages cliniques considérables.

ZMapp est en fait une combinaison de trois anticorps monoclonaux déjà présents dans deux cocktails existants.

Les auteurs de ces travaux ont montré que trois doses de ZMapp administrées à trois jours d'intervalle avaient permis de guérir les singes.

En fait, le traitement a permis de résorber les symptômes graves de la maladie, comme :

- les saignements;

- les éruptions cutanées;

- l'élévation des enzymes hépatiques.

La souche du virus Ebola utilisée pour infecter les singes dans cette expérience est différente de celle qui est responsable de l'éclosion de l'épidémie en Afrique de l'Ouest. Toutefois, les auteurs, qui ont comparé les deux souches, sont bien certains que leur traitement pourra un jour être utilisé sur le continent africain.

« Le degré de protection offert par ce nouveau cocktail est pour le moins impressionnant, d'autant plus qu'il est obtenu sur des animaux qui présentaient des signes extérieurs importants d'infection. »

— Pr Jonathan Ball, Université de Nottingham

Les auteurs notent que cette hypothèse peut également être étayée par les résultats apparemment positifs qui ont suivi l'usage compassionnel du ZMapp sur deux travailleurs de la santé américains infectés au cours de la présente épidémie.

L'épidémie actuelle a fait au total 1552 morts, dont 694 au Liberia, 430 en Guinée, 422 en Sierra Leone et 6 au Nigeria, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé datant du 26 août. Un premier cas a également été détecté au Sénégal.

Ebola: les symptômes