NOUVELLES

Bouchard et Raonic composent avec le vent, accèdent au 3e tour à New York

29/08/2014 12:08 EDT | Actualisé 28/10/2014 05:12 EDT

NEW YORK, États-Unis - En dépit des puissantes bourrasques de vent qui ont balayé le court du stade Arthur Ashe jeudi soir, Eugenie Bouchard a accédé au troisième tour des Internationaux des États-Unis en disposant de la Roumaine Sorana Cirstea 6-2, 6-7 (4), 6-4.

«J'ai dû me battre au deuxième set, car son jeu était de plus en plus imparable, a admis Bouchard. J'ai cru en mes moyens. Je me répétais sans cesse que je devais me battre. J'ai commencé à attaquer ses frappes plus rapidement, et ç'a rapporté.

«C'est tellement spécial de pouvoir jouer mon premier match au stade Arthur Ashe en soirée, a-t-elle poursuivi. Je suis excitée à l'idée de disputer mon prochain match. Je veux améliorer mon jeu pour le prochain duel.»

La Québécoise, septième tête de série, est la seule dame à avoir atteint les demi-finales de chacun des trois premiers tournois majeurs de la saison. Elle s'était inclinée dans le carré d'as aux Internationaux d'Australie et de France, avant de participer à la finale de Wimbledon. Bouchard était alors devenue la première Canadienne à disputer la finale d'un tournoi majeur.

Bouchard a participé aux Internationaux des États-Unis pour la première fois en 2013, et elle s'était inclinée au deuxième tour.

Bouchard affrontera au troisième tour la Tchèque Barbora Zahlavova Strycova. Si elle accède aux quarts de finale, elle pourrait devoir croiser la route de la troisième tête de série, Petra Kvitova, dans une reprise de la finale de Wimbledon.

Un peu plus tôt en soirée, Milos Raonic a trimé dur pendant plus de trois heures, mais il est finalement parvenu à atteindre le troisième tour en disposant de l'Allemand Peter Gojowczyk 7-6 (4), 5-7, 6-4, 7-6 (3).

L'Ontarien, cinquième tête de série, a décoché 28 as et effectué neuf services gagnants en route vers la victoire contre un joueur qui est classé 124e sur l'échiquier mondial.

«Il s'agit de trouver l'ouverture et d'y foncer. C'est ce que j'ai pu faire, a commenté Raonic. J'ai une journée pour m'améliorer et je sais que je jouerai beaucoup mieux lors de mon prochain match.»

Le Canadien considère qu'il peut encore peaufiner son jeu.

«Je n'étais pas concentré sur les bonnes choses. J'ai perdu un peu de ma concentration, a-t-il admis. Je n'étais pas concentré sur mon jeu. J'étais davantage concentré sur lui, plutôt que sur moi-même.»

Raonic a porté sa fiche à 8-3 à New York. Il participe au tournoi pour la quatrième fois en cinq ans, après avoir raté la compétition en 2011 en raison d'une opération à une hanche.

Les conditions de jeu étaient difficiles pour les deux joueurs en raison du vent, mais Raonic a indiqué que la température «n'a pas été un facteur».

«Tu dois simplement t'adapter aux conditions et trouver une façon de l'emporter, a-t-il expliqué. La situation aurait pu être bien différente si j'avais été plus calme aujourd'hui.»

Pospisil l'emporte envers et contre tous

Plus tôt jeudi, le Canadien Vasek Pospisil et l'Américain Jack Sock ont tous deux fait fi de blessures et atteint le deuxième tour au moyen d'une victoire de 6-4, 6-4 contre Jarkko Nieminen et Henri Kontinen.

Pospisil a été gêné par une blessure à l'épaule durant un match de simple qu'il a perdu devant Simone Bolelli, cette semaine, tandis que Sock a dû se retirer de son match du premier tour en simple à cause d'un problème au mollet.

Les maux des champions du double à Wimbledon et des huitièmes têtes de série à Flushing Meadows n'ont toutefois pas paru, jeudi, alors qu'ils ont fait preuve d'efficacité au cours d'un match qui n'a duré que 70 minutes. Ils ont réussi deux bris de service en 11 occasions et n'ont jamais été confrontés à un point de bris devant un duo qui joue également ensemble en Coupe Davis pour la Finlande.

Pospisil et Sock avaient perdu leur match précédent à Cincinnati, devant Bob et Mike Bryan. Cela avait mis fin à une séquence de 14 victoires en tant que nouveau duo, un record de l'ATP, pour ceux qui ont amorcé leur partenariat à Wimbledon.

PLUS:pc