BIEN-ÊTRE

10 choses que nous aurions aimé savoir sur le sexe quand nous étions plus jeunes

29/08/2014 11:20 EDT | Actualisé 29/08/2014 11:33 EDT
Cavan Images via Getty Images

Quand on commence dans la vie, on a par définition tout à apprendre. C'est d'autant plus vrai en ce qui concerne la sexualité. Sujet délicat, entouré de mystère et d'idées reçues. Ah, si l'on pouvait revenir en arrière avec notre expérience actuelle... Voici 10 choses que l'on aurait aimé savoir sur le sexe quand on était jeune.

(Le texte continue après la galerie)

Sexe: 10 choses à savoir


La panne n'est pas la fin du monde

Beaucoup de garçons vivent la panne sexuelle comme une espèce de fin du monde. Leur non-performance prend très vite des proportions démesurées et vient ébranler leur virilité. « Je bande, donc je suis... un homme » est un adage que beaucoup se sont approprié. Avec le temps, on apprend que la panne peut être liée à des raisons physiologiques, de stress, mais aussi souvent à une simple question de compatibilité avec son partenaire.

Compatibilité mon amour

Plus le temps passe et plus on avance dans notre sexualité, plus on se rend compte que la « chimie » varie d'un partenaire à l'autre. On est la même personne, on a les mêmes désirs, on fait les même gestes, mais selon que l'on se trouve avec telle ou telle personne au lit, notre comportement change, et on est plus ou moins un « bon coup ». C'est c'est cette fameuse compatibilité qui fait qu'on est un Dieu un jour avec quelqu'un et juste un mauvais moment à passer avec quelqu'un d'autre. On n'aime pas tous les mêmes choses, et ça, on l'apprend avec le temps.

Je donne, tu donnes

Quand on est jeune, faire l'amour peut parfois être une façon de flatter son égo. On enchaîne les partenaires, on plait, donc on se rassure. Ça se traduit bien souvent dans les faits par un comportement égoïste où l'unique but du jeu est d'avoir du plaisir. Quand on vieillit, on est plus attentif au plaisir de son partenaire et on découvre alors que notre propre plaisir est décuplé quand il est partagé.

Fantasmes interdits

Il est parfois délicat voire impossible d'assumer ses fantasmes quand on est jeune. On se dit que c'est malsain, que ça ne se fait pas, on a peur de passer pour un pervers si on en parle. Il faut du temps, des rencontres, des expériences pour se rendre compte que les fantasmes que l'on croyait tabous quand on était jeune sont bien souvent des tabous partagés par beaucoup de gens.

Le lit d'accord, mais après ?

La première fois, c'est vrai que c'est bien agréable de faire ça dans un lit, on est comme dans un nid et le stress qui accompagne souvent cette délicate étape de la vie d'adulte est compensé par ce lieu sécurisant. Mais ensuite... il est très agréable d'explorer en dehors du nid et d'aller s'envoyer en l'air dans d'autres endroits, en forêt, en voiture, sur la plage... Ce n'est pas de la perversion, c'est de l'exploration !

Surprendre est sexy

L'ennemi du couple est la routine. Les choses bien programmées, la mécanique implacable qui règle la vie... ça peut tuer la libido. Surprendre son partenaire improviser une soirée sexy, un rendez-vous romantique, acheter à sa copine un joujou qui vibre... peu importe, ce qui compte c'est de casser les habitudes. Surprendre est très sexy.

Le sexe sans amour existe

On nous enseigne quand on est jeune que l'amour et le sexe vont de pair. C'est souvent vrai. Mais avec le temps, on se rend compte que le sexe sans amour existe aussi. Pas de sentiments, juste l'envie charnelle assumée de se faire du bien. Quand c'est assumé par les deux, c'est que du plaisir. Si l'un des deux a minimalement des sentiments en revanche... les ennuis commencent.

Les sex toys aiment aussi la compagnie

Non, les sex toys ne sont pas uniquement des compagnons de plaisirs solitaires. Ils peuvent aussi se partager dans un rapport à deux (ou plus) et venir multiplier les sources de plaisir. Et non, un homme qui joue avec sa chérie et un godemichet ne pallie pas forcément un problème érectile, il s'octroie simplement le don d'ubiquité.

Cerveau, zone érogène

Quand on est jeune, on est très fier de savoir que le clitoris est LA zone sur laquelle il faut concentrer ses efforts. Après on découvre les autres zones érogènes, le cou, les seins etc. Mais c'est souvent bien plus tard qu'on prend conscience qu'une des zones les plus érogènes est le cerveau. Avec les mots, avec ce que l'on dit et la façon dont on le dit, on peut faire beaucoup plus d'effet qu'avec une huile de massage. C'est aussi ça le sexe oral...

Repartir de zéro

Malgré l'expérience, malgré le nombre de partenaires que l'on a pu avoir, il n'en reste pas moins que chaque fois que l'on fait l'amour pour la première fois à quelqu'un... c'est comme la première fois. Il faut s'apprivoiser, découvrir l'autre, se laisser apprivoiser à son tour, tout recommencer. Et c'est très bien ainsi.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les regrets les plus courants après le sexe