NOUVELLES

Ukraine: à l'OSCE, Kiev dénonce une invasion, Moscou dément

28/08/2014 08:14 EDT | Actualisé 28/10/2014 05:12 EDT

L'Ukraine a dénoncé jeudi auprès de l'OSCE "une invasion directe" russe de son territoire, lors d'une réunion tendue après laquelle Moscou a affirmé au contraire qu'il n'y avait "pas de soldats russes" chez son voisin.

"La situation s'est aggravée de façon significative, nous avons enregistré une invasion directe des forces militaires russes dans les régions de l'est de l'Ukraine", a déclaré à la presse l'ambassadeur de Kiev Ihor Prokopchuk après une réunion spéciale de l'organisation basée à Vienne.

Le diplomate ukrainien a cité "la prise de contrôle par des forces russes régulières de la ville de Novoazovsk et plusieurs autres villes proches".

"La scénario a été testé en Crimée", la région rattachée en mars à la Russie, a-t-il insisté. "Ce dont nous sommes témoins aujourd'hui est l'invasion, et l'entrée directe de forces russes dans la partie orientale de l'Ukraine, ce qui veut dire une confrontation directe".

Les autorités ukrainiennes accusent depuis des mois les troupes russes d'opérer sur leur sol pour soutenir les séparatistes prorusses face aux forces ukrainiennes.

Il n'y a "pas de soldats russes" en Ukraine, a assuré au contraire l'ambassadeur de la Russie à l'OSCE Andreï Kelin après la réunion.

M. Kelin s'est borné à mentionner l'unité d'une "dizaine" de soldats dont Kiev avait annoncé l'arrestation mardi, et dont Moscou assure qu'ils se trouvaient en Ukraine de façon non intentionnelle.

L'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), une institution née de la guerre froide et fonctionnant sur la règle du consensus, joue depuis le début de la crise un rôle d'espace de dialogue entre la Russie, l'Ukraine et les puissances occidentales.

La réunion de jeudi s'y est déroulée dans un climat très tendu, le représentant américain Daniel Baer appelant ses homologues à "ne pas tomber dans le jeu de voyous" qu'il accuse la Russie de pratiquer.

M. Kelin lui a répliqué en se disant "injurié".

Moscou a toujours démenti les allégations d'intrusion en Ukraine, dont l'Otan et la Pologne affirment avoir la preuve.

Jeudi matin, le président français François Hollande avertissait solennellement qu'une telle présence militaire russe en Ukraine serait "intolérable et inacceptable".

Kiev a réclamé de son côté une "aide militaire d'envergure" à l'Union européenne afin de faire face à une "invasion russe non dissimulée".

tba-cs/fw

PLUS:hp