NOUVELLES

Plus de mille soldats russes combattent actuellement en Ukraine (responsable de l'Otan)

28/08/2014 08:08 EDT | Actualisé 28/10/2014 05:12 EDT

Plus d'un millier de soldats russes combattent actuellement sur le territoire ukrainien, notamment dans la zone de Novoazovsk, a affirmé jeudi un haut responsable militaire de l'Otan, jugeant leur présence "très inquiétante".

"Bien plus d'un millier de soldats russes combattent actuellement en Ukraine. Ils soutiennent les séparatistes, se battent avec eux" contre les forces armées ukrainiennes, a affirmé le général Nico Tak. Il a dit se baser sur "une estimation très prudente", lors d'un point de presse au centre de commandement des forces alliées en Europe (Shape) à Mons (ouest de la Belgique).

A l'appui de ses affirmations, il a projeté des photos prises par satellite montrant, selon lui, un convoi d'une unité d'artillerie mécanisée sur une route de campagne ukrainienne qui a ensuite positionné ses canons prêts à faire feu dans la région de Krasnodon (est).

Kiev a affirmé jeudi que des "troupes russes" avaient pris le contrôle de la ville frontalière de Novoazovsk, et dénoncé une "invasion directe" du pays.

Une photo prise le 20 août en Russie, près de la frontière ukrainienne, dans les environs de Rostov-sur-le-Don, montre aussi des tanks, des blindés, des camions et des campements de tentes. Sur une autre, des canons mécanisés sont alignés à 6,5 kilomètres de la frontière. Vu la façon dont ils sont orientés, "il est impossible de ne pas tirer vers le territoire ukrainien", indique un document remis à la presse après l'intervention du responsable militaire.

Selon l'Otan, 20.000 soldats russes sont massés le long de la frontière russo-ukrainienne.

"De grandes quantités d'armes de pointe, notamment des systèmes de défense anti-aérienne, de l'artillerie, des tanks et des blindés (sont) transférées vers les forces séparatistes". "La présence de ces armes et d'un nombre substantiel de troupes de combat russes en Ukraine rendent la situation toujours plus grave", a commenté le général Tak.

- "Nouveau front" -

Les soldats russes, qui ne portent souvent aucun insigne, sont reconnaissables à "leur conduite", qui est celle "de militaires professionnels", a-t-il assuré, en soulignant que de plus en plus d'informations circulaient publiquement sur le fait que des soldats russes avaient péri dans les combats.

"Ils opèrent des équipements sophistiqués, conseillent les soldats séparatistes et s'avancent jusqu'à 40 voire 50 kilomètres en territoire ukrainien", a-t-il décrit.

Des soldats russes ont été observés en Ukraine dès la mi-août, mais "depuis lundi, nous avons assisté à de nouvelles incursions près de Novoazovsk". Cela crée un "nouveau front pour les forces ukrainiennes" et par conséquent les met "dans une situation terrible", a indiqué le général.

Ces troupes russes peuvent monter depuis Novoazovsk vers le nord et les environs de Donetsk, bastion des séparatistes pro-russes encerclé par l'armée ukrainienne, ou vers l'ouest et la Crimée, rattachée à la Russie en mars. D'ores et déjà, cela coupe notamment certaines routes d'approvisionnement pour les troupes ukrainiennes, a-t-il expliqué.

Selon lui, "la Russie va désormais essayer de geler le conflit, de le prolonger, de faire en sorte qu'il devienne difficile pour l'Ukraine de tenir bon".

Le haut-gradé a estimé que "l'escalade significative des opérations militaires russes" ces deux dernières semaines était "directement liée aux succès des opérations militaires ukrainiennes" contre les séparatistes, qui "se sont retrouvés sous pression". Il s'agit d'une "tentative flagrante de changer le cours des combats". "Le but ultime de la Russie est d'alléger la pression sur les combattants séparatistes pour prolonger indéfiniment ce conflit", a-t-il dénoncé, regrettant "la tragédie" que cela représente pour les habitants de la région.

axr/jlb/fw

PLUS:hp