NOUVELLES

Mario Dion, commissaire à l'intégrité, quittera ses fonctions en décembre

28/08/2014 04:18 EDT | Actualisé 28/10/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Le haut fonctionnaire responsable de l'intégrité et protecteur des fonctionnaires divulgateurs d'actes répréhensibles quitte ses fonctions.

Mario Dion a annoncé, jeudi, qu'il quitterait son poste de commissaire à l'intégrité en décembre, après quatre ans en fonction. M. Dion cite des raisons personnelles pour expliquer son départ.

C'est en mars 2012 que M. Dion a déposé au Parlement son tout premier rapport sur la divulgation d'actes répréhensibles. Il en a depuis déposé huit autres, en plus de référer six dossiers au Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs d'actes répréhensibles.

En avril 2013, il a mis en place des normes de service qui définissent les délais précis à l'intérieur desquels il convient de traiter les dossiers de divulgation d'actes répréhensibles et les plaintes de représailles.

Selon son bureau, il a consacré une grande partie de ses efforts aux activités de communication afin de faire connaître aux fonctionnaires l'existence de son bureau, mis sur pied pour protéger les dénonciateurs.

Le gouvernement fédéral a lancé publiquement un processus de sélection pour choisir son successeur.

En quittant ses fonctions, M. Dion a dit avoir le sentiment que, à l'heure actuelle, le commissariat est bien placé pour exécuter efficacement le mandat qui est le sien.

«Les fonctionnaires peuvent être assurés qu'il existe un organisme prêt à répondre à leurs préoccupations et disponible à cette fin», a-t-il déclaré par communiqué.

«Les objectifs que je m'étais fixés ont été atteints, et le commissariat est prêt à accueillir une nouvelle direction pour continuer à renforcer le régime relatif aux divulgateurs dans la fonction publique.»

Le bureau du commissaire à l'intégrité a été créé en vertu de la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d'actes répréhensibles, qui est entrée en vigueur en avril 2007.

PLUS:pc