NOUVELLES

L'armée fait un retour comme médiateur au Pakistan au coeur des manifestions

28/08/2014 09:01 EDT | Actualisé 28/10/2014 05:12 EDT

ISLAMABAD - L'armée puissante au Pakistan retourne sur la scène politique, jeudi, acceptant de jouer les médiateurs entre le gouvernement et les manifestants ayant campé devant le Parlement depuis deux semaines pour réclamer le départ du premier ministre Nawaz Sharif concernant des irrégularités aux élections.

L'ancien joueur de cricket devenu politicien Imran Khan et le religieux Tahir-ul-Qadri, qui ont mené des manifestations antigouvernementales parallèles, ont rencontré le général en chef Raheel Sharif tard jeudi après avoir accepté qu'il joue un rôle de médiateur dans les discussions avec le premier ministre.

Il y a environ un an, M. Sharif était devenu premier ministre lors du premier transfert de pouvoir démocratique au Pakistan, pays avec une longue histoire d'interventions militaires dans la sphère politique.

Cette fois, il a tenté d'assurer son indépendance du militaire avec des politiques amicales envers l'Inde, rival de longue date, et une tentative de négociations de paix avec les insurgés talibans, ayant obtenu peu de succès.

Mais son principal défi au cours des deux dernières semaines est venu des manifestations de rue, qui à leur sommet ont amené des dizaines de milliers de personnes dans la «zone rouge» de la capitale, à l'extérieur du Parlement.

PLUS:pc