NOUVELLES

France: le nouveau ministre de l'Economie jette un pavé dans la mare du temps de travail

28/08/2014 05:13 EDT | Actualisé 28/10/2014 05:12 EDT

Le nouveau ministre français de l'Economie a créé un début de polémique en France en se disant, juste avant sa nomination, favorable à un assouplissement de la durée de travail, provoquant la colère des syndicats, même si le gouvernement a aussitôt démenti tout projet en ce sens.

Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire Le Point la veille de sa nomination et publié jeudi, Emmanuel Macron s'est déclaré favorable au fait d'autoriser "les entreprises et les branches à déroger" à la règle qui fixe la durée hebdomadaire du travail à 35 heures, en cas d'accords avec les organisations syndicales.

Selon le nouveau ministre de l'Economie, une telle mesure permettrait de "sortir de ce piège où l'accumulation des droits donnés aux travailleurs se transforme en autant de handicaps pour ceux qui ne travaillent pas", une idée qu'il juge cependant "difficile à expliquer et à porter, spécialement quand on est de gauche".

Des déclarations qui ont aussitôt été dénoncées par la gauche radicale et des syndicats, alors que la nomination d'Emmanuel Macron, 36 ans, ancien banquier d'affaires, est symbolique du tournant social-libéral pris par les socialistes au pouvoir en France.

"Le gouvernement n'a pas l'intention de revenir sur la durée légale du travail à 35 heures d'autant que l'organisation du temps de travail peut déjà être modulée dans les entreprises via des accords collectifs", a-t-on fait valoir jeudi dans l'entourage du Premier ministre Manuel Valls.

Soucieux de couper l'herbe sous le pied à la polémique, Matignon a souligné qu'Emmanuel Macron s'est exprimé dans Le Point "bien avant sa nomination en tant que ministre de l'Economie".

La réforme des 35 heures est l'une des mesures sociales les plus symboliques et controversées que la gauche a fait adopter depuis 30 ans en France.

Mis en place en 2000 par le gouvernement du socialiste Lionel Jospin, elle fixe le temps de travail salarié à plein temps à 35 heures par semaine en moyenne, au lieu de 39 auparavant.

Son objectif était de doper l'emploi en partageant le temps de travail. Mais elle déchaîne régulièrement les passions: la droite et une bonne partie du patronat y voient la cause principale de la perte de compétitivité de l'économie française.

L'opposition de droite, qui réclame depuis des années une remise à plat des 35 heures, s'est toutefois bien gardée de l'engager quand elle était au pouvoir.

Les 35 heures ne sont toutefois ni le temps de travail effectif ni la durée maximale autorisée (48 heures) en France. Elles marquent simplement le seuil au-delà duquel le travail est payé en heures supplémentaires.

bur-bow/ito/thm/prh/ml

PLUS:hp