NOUVELLES

Deux colonnes de chars russes sont entrées en Ukraine

28/08/2014 07:44 EDT | Actualisé 28/10/2014 05:12 EDT

NOVOAZOVSK, Ukraine - Deux colonnes de chars et de véhicules russes ont attaqué jeudi, depuis la Russie, un poste frontalier du sud-est de l'Ukraine à l'aide de missiles Grad, puis ont pénétré dans le pays quand les gardes-frontières ont pris la fuite, a dit un dirigeant ukrainien.

Les propos du colonel Andriy Lysenko, le porte-parole du Conseil national de sécurité de l'Ukraine, et des énoncés provenant de l'OTAN, des séparatistes prorusses en Ukraine et des États-Unis confirment que les forces russes ont envahi le sud-est de l'Ukraine.

«Les forces russes sont entrées en Ukraine», a déclaré jeudi le président Petro Porochenko, qui a convoqué une réunion d'urgence du Conseil de sécurité nationale du pays et annulé un déplacement à l'étranger.

Un dirigeant de l'OTAN a indiqué que 1000 soldats russes sont entrés en Ukraine avec de l'équipement sophistiqué, et que des contacts «directs» avec les forces ukrainiennes ont fait des victimes.

Le colonel Lysenko dit les forces ukrainiennes ont essuyé des tirs de missiles Grad depuis la Russie vers 11 h, jeudi. Deux colonnes de blindés sont entrées en Ukraine environ 90 minutes plus tard. Les chars seraient entrés depuis Veselo-Voznesenka et Maximovo dans la région russe de Rostov.

La ville stratégique de Novoazovsk, dans le sud-est du pays, semblait jeudi fermement entre les mains des insurgés, après plusieurs jours de combats, ce qui représente l'ouverture d'un nouveau front dans ce conflit.

Au quartier-général de l'OTAN, le brigadier-général Nico Tak a déclaré aux journalistes que l'objectif de la Russie semble être d'éviter la défaite des séparatistes et de transformer l'est de l'Ukraine en un «conflit immobile» qui déstabiliserait le pays «indéfiniment».

«Au cours des deux dernières semaines nous avons noté une escalade importante quant à l'importance et à la sophistication de l'interférence militaire russe en Ukraine, a-t-il dit. La Russie renforce et renfloue les forces séparatistes, dans une tentative évidente de renverser la tendance des combats qui penche actuellement en faveur de l'armée ukrainienne.»

L'OTAN estime que 20 000 autres soldats russes sont massés le long de la frontière avec l'Ukraine. Le général Tak a prévenu que le chiffre de 1000 soldats russes entrés en Ukraine est très conservateur.

Il a présenté des images prises par satellite qui, selon lui, fournissent «des preuves supplémentaires que des soldats russes, munis d'armes lourdes sophistiquées, sont actifs sur le territoire souverain de l'Ukraine».

Le général Tak affirme que ces images ne sont que «la pointe de l'iceberg en ce qui concerne l'ampleur totale des troupes russes et des mouvements d'armes».

«Nous avons aussi détecté de grandes quantités d'armes sophistiquées, dont des systèmes de défense anti-aériens, des pièces d'artillerie, des chars et des transports de troupes blindés étant transférées aux forces séparatistes dans l'est de l'Ukraine, a-t-il dit. La présence de ces armes, en plus d'un nombre important de soldats russes en Ukraine, aggrave considérablement la situation.»

Le leader des insurgés, Alexander Zakharchenko, a déclaré à la télévision russe qu'entre 3000 et 4000 Russes ont combattu aux côtés des forces séparatistes depuis le début du conflit, en avril.

Jeudi matin, un journaliste de l'Associated Press a aperçu des postes de contrôle rebelles en périphérie de Novoazovsk et s'est vu interdire l'accès à la ville. Un insurgé a affirmé que la ville était calme.

Novoazovsk se trouve le long d'une autoroute qui relie la Russie à la péninsule de la Crimée, que Moscou a annexée en mars. La ville était bombardée depuis trois jours quand les rebelles sont finalement entrés, mercredi. La portion sud-est de l'Ukraine, le long de la côte de la mer d'Azov, avait jusqu'à présent été épargnée par les violences.

Les combats à Novoazovsk font craindre que les séparatistes prorusses ne cherchent à s'emparer d'une bande de territoire liant la Russie à la Crimée. Cela leur donnerait le contrôle complet de la mer d'Azov et des richesses minières ou en hydrocarbures qu'elle pourrait contenir. L'Ukraine a perdu environ la moitié de sa côte, plusieurs ports importants et les ressources minières de la mer Noire quand la Russie a annexé la Crimée.

Un analyste militaire a affirmé jeudi, sur le Web, que des photos témoignent de la présence, dans l'est de l'Ukraine, d'une version du char russe T-72 qui n'aurait jamais exportée à l'extérieur de la Russie. Cela suggère fortement, selon Joseph Dempsey, que Moscou fournit des armes aux insurgés.

PLUS:pc