POLITIQUE

Chefferie du PQ: les candidats potentiels fourbissent leurs armes

28/08/2014 04:35 EDT | Actualisé 28/08/2014 05:12 EDT
PC

QUÉBEC - La course à la chefferie du Parti québécois n'est pas encore lancée, mais déjà les candidats potentiels s'activent en coulisse.

Trois sources bien informées au PQ ont confirmé un intérêt sérieux pour au moins quatre candidats. Ainsi, Martine Ouellette, Bernard Drainville, Alexandre Cloutier et Pierre Karl Péladeau seraient sur la ligne de départ quand les règles seront connues en octobre prochain.

La candidature de l'actionnaire de contrôle de Québecor retient particulièrement l'attention, même si M. Péladeau refuse de commenter les rumeurs. Pour l'ex-ministre de l'Environnement Yves-François Blanchet, il ne fait pas de doute que PKP sautera dans la mêlée. «Pierre Karl Péladeau se retient d'annoncer prématurément sa candidature», dit-il. Devenu analyste politique, Yves-François Blanchet connaît Pierre Karl Péladeau et sa conjointe depuis une vingtaine d'années.

Une autre source péquiste, qui a requis l'anonymat, confirme que Pierre Karl Péladeau «s'organise» en vue de sa candidature.

Si le magnat de la presse a peu de racines au Parti québécois, il peut toutefois compter sur un solide réseau dans le monde des affaires et des collaborateurs chevronnés. «Quand il est arrivé comme candidat, nous pensions revenir au pouvoir et nous présumions qu'il hériterait d'un important portefeuille économique, dit Yves-François Blanchet. Et donc, il devait déjà avoir autour de lui des gens prêts à renoncer à leurs carrières pour aller rejoindre Pierre Karl en politique. On suppose que ces gens-là sont toujours pas très loin.»

L'ex-ministre péquiste refuse de divulguer des noms. Mais le journal La Presse a déjà évoqué les liens de proximité entre PKP et l'avocat Éric Bédard, le frère de l'actuel chef intérimaire du PQ, Stéphane Bédard. «Me Éric Bédard, qui était déjà au cabinet de Jacques Parizeau en 1994, tire des ficelles depuis des années pour choisir les chefs du PQ», écrivait alors le journaliste Denis Lessard.

Drainville, favori des militants

L'ancien journaliste de Radio-Canada, Bernard Drainville, devrait également être de la course. Certains le voient même comme le principal opposant à PKP dans cette course à la direction. Bernard Drainville a longtemps été perçu comme le dauphin naturel de Pauline Marois. «Elle a laissé Bernard prendre beaucoup de place et se connecter avec les présidents des diverses circonscriptions parce qu'en retour elle utilisait sa notoriété», explique une deuxième source.

D'autres interlocuteurs minimisent cette proximité avec les présidents de circonscription, mais confirment que Benard Drainville est populaire chez les militants du PQ. «Bernard a eu des différends avec l'establishment du PQ, dit Yves-François Blanchet. On se rappellera que Bernard était toujours rapide sur la gâchette quand madame Marois était en difficulté. Alors, je ne crois pas qu'il soit privilégié par l'establishment du PQ. Mais les membres du Parti québécois ne sont pas tous devenus des adversaires de la Charte sous prétexte que ça a été très mal utilisé. Bernard a encore des assises importantes chez les militants du Parti québécois.»

Cloutier se prépare

De son côté, Alexandre Cloutier a passé l'été à se préparer en vue de sa candidature, comme le rapportait Le Huffington Post Québec mercredi. L'ex-ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes a rencontré de nombreuses personnalités, dont l'environnementaliste Steven Guilbeault et l'ancien président du Mouvement Desjardins Claude Béland, afin d'élaborer sa plateforme progressiste.

Martine Ouellette, elle, ne cache pas son envie de se présenter. Mercredi, elle a fait part de son «intérêt certain» pour la course à la chefferie. Le Huffington Post Québec a également appris que son équipe tente déjà de recruter des organisateurs. Si elle se présente, l'ex-membre du SPQ-Libre (le club politique regroupant la gauche du PQ) promet de se porter à la défense de la classe moyenne.

Le député de Rosemont, Jean-François Lisée, a aussi affirmé publiquement mercredi qu'il songe à se présenter. Véronique Hivon, Sylvain Gaudreault et Réjean Hébert pourraient également être sur les blocs de départ.

L'effet des primaires ouvertes

Le Parti québécois devrait annoncer le 4 octobre prochain s'il retient l'idée d'une primaire ouverte proposée par Alexandre Cloutier, et appuyée par Jean François Lisée. Ainsi, tous les souverainistes du Québec pourraient voter pour le prochain chef du PQ, sans devenir membres du parti. Le processus pour changer les règles de la course est toutefois complexe et les membres du parti sont partagés sur la question, selon plusieurs intervenants.

L'idée d'une primaire ouverte pourrait toutefois se retourner contre son instigateur, Alexandre Cloutier étant moins connu que ses deux principaux adversaires présumés, Bernard Drainville et Pierre Karl Péladeau.

Si Bernard Drainville bénéficie d'un fort appui des militants, un vote du grand public pourrait également jouer en sa défaveur, tout en favorisant Pierre Karl Péladeau. Ce dernier jouit d'une grande notoriété au sein de la population, notamment grâce à sa conjointe, l'animatrice Julie Snyder.

L'ex-patron de Québecor n'a toutefois pas que des alliés. Les durs conflits de travail ont laissé des traces dans les milieux syndicaux. À l'annonce de sa candidature au printemps dernier, les instances locales de la FTQ ont cessé d'aider le PQ dans la campagne électorale. «Tout le monde est rentré chez eux, raconte une source à la FTQ. Et aujourd'hui, c'est 'Anyone but PKP'.»

Qui pourrait prétendre à la chefferie du PQ?