NOUVELLES

Batistuta avoue une douleur insupportable aux jambes après sa carrière

28/08/2014 11:57 EDT | Actualisé 28/10/2014 05:12 EDT

L'ancien international argentin Gabriel Batistuta a raconté à une télévision les douleurs insupportables qu'il a vécues après avoir raccroché les crampons en 2005, à tel point qu'il a même demandé à un médecin qu'on lui "coupe les jambes".

"J'ai arrêté le football et d'un jour à l'autre, je ne pouvais plus marcher", a expliqué le plus grand buteur de tous les temps de la sélection argentine de football à la chaîne sportive locale TyC Sports.

"J'urinais dans mon lit alors que les toilettes étaient à trois mètres, parce que je ne voulais pas me lever. Il était 4 heures du matin et je me disais que ma cheville allait me faire tellement mal".

Batistuta, âgé de 45 ans, a quitté le football professionnel en 2005 au Qatar après une longue carrière où il a brillé en Italie, en jouant pour la Fiorentina et l'AS Rome.

"Batigol" avait participé à trois Coupes du monde, en 1994, 1998 et 2002.

"Je suis allé voir le docteur (spécialiste en traumatologie et orthopédie Roberto) Avanzi et je lui ai dit de me couper les jambes. Il m'a regardé et m'a répondu que j'étais fou. J'ai insisté, je n'en pouvais plus, j'étais tout le temps de mauvaise humeur. Je ne peux pas raconter cette douleur, c'est impossible de la faire comprendre aux gens", a-t-il raconté.

Le joueur a expliqué qu'il avait pensé à cette solution en voyant l'athlète sud-africain Oscar Pistorius, doublement amputé.

Mais son médecin a refusé et en échange, il mit en place "une fixation de la cheville avec des vis".

"Il m'a demandé de choisir sur quelle jambe je voulais le faire, car ce n'était pas possible sur les deux. Cela a été la droite, ça m'était égal. Mon problème, c'est que je n'ai plus ni cartilage, ni tendons. Mes 86 kilos s'appuient sur les os. Et os contre os, c'est ce qui me faisait mal", a expliqué Batistuta.

L'ancien professionnel dit toutefois que "la situation s'est améliorée, mais au bout de très longtemps", ce qui lui a permis de marcher sans problèmes et de commencer à jouer au golf.

"Je vais beaucoup mieux qu'il y a trois ans", assure-t-il.

ls/ja/ka/cda

PLUS:hp