NOUVELLES

Artur Beterbiev peut vite faire sa marque chez les mi-lourds selon Yvon Michel (VIDÉO)

28/08/2014 01:43 EDT | Actualisé 28/10/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Artur Beterbiev n'a pas perdu de temps à faire sa marque depuis son arrivée au Québec, il y a environ un an. C'est que le boxeur russe n'a pas de temps à perdre, à l'âge de 29 ans.

Le début de carrière en accéléré chez les professionnels pourrait passer à la vitesse grand V si le Groupe Yvon Michel (GYM) et Beterbiev remportent le pari qu'ils ont fait en défiant l'ancien champion du monde Tavoris Cloud (24-2, 19 K.-O.), après seulement cinq combats — et à peine 11 rounds derrière la cravate — chez les professionnels.

«Artur nous a demandé à son arrivée d'aller rapidement. Je mentirais si je disais que je m'attendais à ce que ça aille si vite», a affirmé son entraîneur Marc Ramsay, jeudi, en conférence de presse.

Les dirigeants de GYM ainsi que tous ceux qui côtoient Beterbiev n'estiment pas qu'on le jette dans la gueule du loup en le mesurant à Cloud, avec comme enjeu le titre mineur NABA des mi-lourds.

«Il a tout ce qu'il faut pour rivaliser avec les meilleurs de la catégorie, pour les battre même, a ajouté Ramsay. Il est à l'aube d'une grande carrière.»

Même l'ancien champion Jean Pascal, celui qui aurait dû combattre Cloud à la place de Beterbiev, peut témoigner de son énorme potentiel.

C'est qu'à défaut de pouvoir affronter Cloud, en raison d'un litige avec les promoteurs québécois, Pascal agit comme partenaire d'entraînement du Russe qui a connu une illustre carrière dans les rangs amateurs.

«Jean n'a que de bons mots pour Beterbiev», a noté le président de GYM, Yvon Michel.

Du «punch» et du charisme

Beterbiev, un dur cogneur, a du «punch» à l'attaque et Michel n'hésite pas à parler de lui comme le «Alexander Ovechkin» de la boxe.

«Tout le monde va tomber en amour avec son style, a repris Ramsay. Il va en mettre plein la vue aux amateurs au cours des prochaines années.»

Beterbiev, diplômé en droit dans son pays, est établi à Laval, avec son épouse et leurs trois enfants. La petite dernière, Sofia, a vu le jour récemment à l'hôpital de Saint-Mary, à Montréal.

«Je suis prêt pour le combat. Je remercie Tavoris Cloud de m'offrir cette chance», a-t-il baragouiné dans un bon français.

Défait à ses deux dernières sorties, par Bernard Hopkins et Adonis Stevenson, Cloud juge possiblement qu'il peut plus facilement renouer avec la victoire face à un adversaire inexpérimenté.

Pascal-Stevenson, en 2015?

Pour revenir à Pascal, Michel a dit entretenir de bonnes relations avec lui. Il s'est même dit prêt à rebrasser des affaires avec lui. Mais il écarte du revers de la main la possibilité d'un choc entre «Superman» Stevenson et lui à l'automne.

«Ça ne fonctionnera pas à l'automne, c'est sûr et certain, a déclaré Michel. Ça n'arrivera pas pour toutes sortes de raisons. Mais pas parce qu'Adonis craint Jean, ça n'a absolument rien à voir. Même qu'un affrontement entre les deux fait partie de nos plans pour 2015», a-t-il annoncé.

«Jean m'amuse avec tout ce qu'il fait pour mousser un éventuel combat contre Adonis. J'ai trouvé drôle qu'il se soit présenté au gala du Mont-Saint-Hilaire, la semaine dernière, en portant un t-shirt de Superman.»

Le président de GYM a assuré que le champion WBC des mi-lourds livrera un combat cet automne, peut-être au Québec et à Montréal.

«Nous allons procéder à une annonce sous peu», a-t-il précisé.

Un affrontement Pascal-Cloud aurait pu attirer une foule de près de 10 000 spectateurs au Centre Bell et aurait suscité l'intérêt de la télé américaine (Showtime ou HBO), selon Michel.

Les organisateurs s'attendent à une foule de 4000 personnes pour Beterbiev. Le combat sera retransmis dans une dizaine de pays, incluant évidemment la Russie.

Au total, huit combats seront à l'affiche du gala organisé conjointement par GYM, InterBox et Eye of the Tiger Management (EOTTM). Dierry Jean (26-1, 18 K.-O.) fera les frais de la demi-finale face au Mexicain Daniel Ruiz (32-7-2, 22 K.-O.), chez les légers (135 livres). Kevin Bizier et Antonin Décarie tenteront de gravir les échelons chez les mi-moyens, dans deux combats distincts.

Enfin, trois jeunes pugilistes québécois fort prometteurs — les Yves Ulysse fils, Eric Bazanian et Steven Butler — se retrouveront au coeur de l'action.